Un comble ! Le gouvernement acquiesce à l'augmentation de la SNCF tout en ménageant la chèvre et le choux!

Lorsque la SCNF émet le souhait d'augmenter ses tarifs, le gouvernement ne s'y oppose que pour une part. En effet, la SNCF n'est pas décisionnaire à 100% ce qui est heureux en soit, malgré le peut de cas qu'elle fait en infligeant régulièrement un "mal service" à la carte, une "mal-bouffe" désorganisée dont nous sommes les victimes accablées et cela depuis des mois pour ne pas dire des années.

Jadis, la SNCF était un des joyaux du savoir-faire à la française et il était jouissif de pouvoir voyager dans ces trains modernes, tel le "Mistral", détenteur du record du monde de vitesse et faisant la navette Paris-Nice entre les années 1950/1981. Il y avait le respect de la clientèle et de son bien-être, le service avant toute chose, des porteurs de bagages avenants, des contrôleurs élégants qui poinçonnaientt votre billet. Vous aviez payé votre place, vous pouviez, sans supplément, prétendre à une place assise. Prendre une réservation permettait de voyager à la place souhaitée. Aujourd'hui ce n'est plus le cas et un "Intercité" desservant Perpignan depuis Paris n'accepte aucun voyageur qui n'aurait pas réservé sa place assise. Incroyable et pourtant véritable, j'étais dans ce train.

Les déplacements en train n'étaient pas économiques, mais en ce qui concernait les familles nombreuses, une "carte familiale" allant jusqu'à 75% de réduction permettait le luxe de ce style de déplacement. Cela sentait bon les congés payés, les vacances à la campagne... Souvenirs souvenirs!

Depuis un certain temps, de plus en plus de problèmes altèrent nos déplacements en train de façon récurrente et envisager une approche SNCF relève plus d'un entrainement sportif qu'un déplacement d'agrément. Nous avons assisté à des accidents de plus en plus importants, à l'éclosion de passages à niveaux dangereux, à l'absence d'entretien avec l'excuse de manque d'effectif et de moyens financiers.

De plus en plus de blessés, de morts; Il y a très peu de temps encore, le train Perpignan/Paris fut annulé suite à une grave collision à un passage à niveau où il y eut 14 blessés dont 4 graves (un camion heurté sur le passage par le train)

Des horaires instables, des départs retardés et des arrivées hypothétiques! Le réseau ferroviaire en instance de gériatrie? La SNCF survit mais jusqu'à quand? Est-ce par ce biais d'augmentations tarifaires sans cesse renouvelées qu'elle espère rentabiliser le TGV? C'est pourtant l'explication fournie au public.

Donc encore une fois, le 31 décembre verra les voeux de la SNCF se concrétiser (merci papa Noël) et les passagers d'un jour ou réguliers se verront recevoir, avec des explications inadéquates et irrecevables, un tarif revu à la hausse de 2,6%.

2015 devrait, après cette hausse affligeante, connaître un sursaut de requalification du réseau national puisque telle est l'excuse avancée pour nous faire avaler la pilule. Nous allons donc assister à la résurrection des voies ferrées françaises, à une plus grande rigueur dans les horaires, à un service de qualité. Bref, à la SNCF du temps du "Train-Bleu" ou du "Trans-Europe Express"?

Au fond de moi, une petite voix me dit : ne rêve pas, réveille-toi, tu penses à la SNCF! C'est tout!