Le passage de 8 à 9 chiffres du système de numérotation téléphonique camerounais est effectif. Annoncé pour le 21 novembre 2014 par le Ministre des Postes et Télécommunications Jean Pierre BIYITI bi ESSAM, il survient quelques semaines à peine après le lancement officiel des activités de la filiale camerounaise de l'opérateur vietnamien Viettel. Viettel, baptisé Nexttel au #Cameroun depuis son lancement en septembre dernier s'est finalement décidé, après plusieurs reports, à démarrer ses activités, juste à temps pour prendre à part à l'évènement de cette fin d'année 2014 dans le secteur des Télécommunications au Cameroun ; le passage à 9 chiffres, et de constituer ainsi avec le français Orange et le sud-africain MTN, le trio gsm de choc, la Bête qui va asphyxier les bourses du camerounais de base, le pauvre, trop distrait par ses problèmes quotidiens pour remarquer la supercherie qui est concoctée sous ses yeux grands ouverts mais incapables de voir.

En effet, la nouvelle configuration du système de numérotation téléphonique confère le 6 comme préfixe sur les numéros déjà existants correspondant aux trois opérateurs étrangers tandis qu'elle est toute autre pour Camtel, l'opérateur public local. Curieux choix, non ? Résultat : on a donc Orange (6) puis MTN (6) et Nexttel (6). Ce qui nous fait un joli (façon de parler) 666 très évocateur pour les plus croyants et les superstitieux. Pour les autres, c'est peut-être juste une coïncidence (trop belle à mon goût), un fait tout à fait anodin. Force est de constater que Viettel (Nexttel) au lieu de venir tenir tête à ses prédécesseurs et concurrents, dans le sens de calmer le jeu en matière de coûts de communications, il conforte plutôt ces autres dans leur politique. Par ailleurs, avec le départ de la grande majorité des vietnamiens pour laisser la main aux camerounais (comme prévu par la charte qui octroyait à Viettel la licence), le mode de recrutement va très vite rejoindre la logique suivie par Orange, MTN et même au Cameroun en général. Vu comment les choses évoluent, ce n'est qu'une question de temps. Qu'on se le dise, la bête est en place Mesdames et Messieurs, affamée et malicieuse. Ne sombrons cependant pas dans la superstition. Quoi que…

Maintenant on assiste à un spectacle dans lequel on retrouve des gens avec trois voire quatre numéros personnels différents, pire encore quatre téléphones différents pour et sur un seul et même individu. Une nouvelle forme d'esclavage. Qu'en dites-vous ? Toujours plus de consommation pour les uns et encore plus de profit pour les autres. #Smartphone