Il aurait sans aucun doute préféré voir les seins nus des protestataires du groupe Femen, cependant Charles Michel aura du se contenter d'un paquet de frites, sauce mayonnaise s'il vous plait. Il faut dire que ces dernières semaines, le Premier ministre en a eu pour son compte…

Le Père Noël serait-il passé en avance pour Charles Michel? Un cadeau au goût pourtant amer, loin du croustillant d'origine. Car oui, les frites n'iront pas engraisser les fesses du Premier ministre après avoir été mastiquées 10 secondes, selon l'expression bien connue. Non, lui, il aura eu droit à un shampooing aux bienfaits des frites et de la mayonnaise… Ben oui, n'a-t-on jamais affirmé que les œufs sont bons pour le cuir chevelu? Enfin, chevelu, tout est relatif. Là, monsieur Michel risque plus d'avoir un crâne brillant comme un sous-neuf, étant donné qu'il le rase de très près.

Mais que s'est-il donc passé?

C'est vêtu de son plus beau costume que le Premier ministre belge s'est rendu au Cercle de Wallonie à Namur ce lundi 22 décembre. Il ne s'attendait probablement pas à être accueilli d'un «Austérité dehors! Michel dégage!», encore moins à se ramasser un paquet de frites en pleine tronche. Bref, son costume a obtenu un aller simple pour le pressing. Les jeunes femmes protestataires font partie du groupe LilithS, un mouvement révolutionnaire qui «entend faire la peau au système patriarcal capitaliste».

Charles Michel a décidé de prendre cette mésaventure avec humour, s'excusant de sentir un peu la mayonnaise, et tenant tout de même son discours à l'ordre du jour. De quoi rendre son image plus sympathique auprès de la masse populaire belge? Car il faut le dire, celle-ci lui en aura fait baver ces dernières semaines, le mettant en boîte pour imager sa mort prématurée, organisant des grèves à n'en plus finir, et mettant la ville de Bruxelles sans dessus dessous, provoquant de nombreux dégâts qui auront eu pour unique effet de mettre des citoyens en mauvaise posture. Cela était-il nécessaire? Probablement pas. Il y a d'autres alternatives, et nous pouvons nous aussi tenter de proposer des solutions. C'est ça aussi la démocratie.

Enfin bon, on le sait, en #Belgique, la moindre petite mesure prise par le #Gouvernement suscite un tsunami humain. Ce n'est pas nouveau, nous, les Belges, on aime contester. Alors oui, certains choix faits par le gouvernement méritent réflexion, et devraient être ajustés, nous nous accorderons tous pour le dire et le reconnaître. Mais ce qui est dérangeant ici, c'est plus le fait qu'une mobilisation de masse s'organise, paralysant le pays, alors qu'il y a fort à parier qu'une grande partie des protestants ne savent même pas pour et contre quoi exactement ils protestent. Pire, ces différentes grèves organisées les quatre derniers lundis avaient plutôt l'allure d'une réunion autour d'un feu de camp, une (ou plusieurs) bière(s) à la main.

Tout ça pour dire qu'encore une fois, notre petite Belgique fait bien parler d'elle, qu'encore une fois, on perd de notre crédibilité. Protester oui, mais le faire intelligemment, c'est mieux.

Que va-t-on trouver pour protester une nouvelle fois lundi prochain? Car il semblerait que ce soit bel et bien devenu une habitude…