Une jeune femme blonde issue du mouvement FEMEN s’est introduite dans la crèche du Vatican. Cet événement est survenu en début d’après-midi, après la « bénédiction URBI et ORBI » du pape François 1er. Elle aurait exhibé ses seins nues devant la crèche, avant de se saisir d’une statuette de l’enfant Jésus. Un gendarme ayant été témoin de la scène s’est instinctivement dévoué pour arrêter la jeune femme psychopathe et écervelée.

Ce n’est pas la première fois que ce mouvement contestataire s’en prend à des institutions diverses, ayant pignon sur rue. Cette organisation exclusivement composée de #Femmes, veut revendiquer avec véhémence, par des actions musclées qui marquent les esprits, le droit légitime à une meilleure autonomie de leurs personnes, et surtout à une liberté sexuelle totale et décomplexée. Pied de nez à la morale bien pensante et aux pudibonderies religieuses de tout bord.

Leur terrorisme moral et décadent sera la cause de leur perte 

Ces femmes issues du mouvement né en Ukraine ont-elles néanmoins eu la jugeote de saisir que leurs actions commandos desservent leur cause ? N’ont-elles pas encore compris que leur terrorisme moral et décadent sera à terme la cause même de leur dissolution ? Et d’ailleurs, toute revendication, quelle qu’elle soit, faite sous la violence, le vandalisme ou l’invective, desservira toujours la cause défendue.

Dans l’absolu, ce n’est pas tant l’exhibition de seins nus qui choque, dans cette société ultra sexuée et permissive ou tout s’érotise, mais bien l’insolence de leurs crimes de lèse-majesté. Le mouvement Femen est le symbole et l'expression même d'une société en perdition. S'il n'avait pas existé, Miley Cirus elle même, l'aurait inventé. Si si...

Si les Femen sont l’étendard du féminisme moderne, comme elles aiment à se l’autoproclamer, alors la nostalgie ne peut qu’avoir du bon. Les vraies femmes modernes, pour ma part, sont celles qui sortent et sortiront toujours des sentiers battus, par leurs élégance, leur raffinement et leur morale.