Personne ne peut nier que l'homme d'aujourd'hui mène une vie souvent perturbée par le stress, l'anxiété ou la tristesse. Chacun de nous, à des degrés variables, et quelque soit son statut social, socio-économique, éprouve quasi quotidiennement ces sentiments de mal à l'aise qui entravent son bonheur et surtout son équilibre psychologique.

Il est également vrai que nous rions peu en comparaison avec le passé et ceci trouve sa justification dans le fait que nous menons une vie mécanisée et programmée avec une course contre la montre. Nous sommes beaucoup plus préoccupés par ce qui va se produire dans un avenir proche ou lointain sans vivre « au présent ». On oublie souvent que le rire est un moyen de détente par excellence et ses vertus thérapeutiques ne sont plus à démontrer. Le rire comme la musique ou autres activités sont des vraies thérapies pour le monde d'aujourd'hui qui est marqué par la société de consommation et du matérialisme fou. Mais pourquoi en fait nous rions de moins en moins ? Est ce le manque de situations drôles au quotidien ? Est ce le manque de spectacles amusants ? Est ce l'absence d'un nouveau Charlie Chaplin ? Est-ce l'inexistence d'anecdotes ?

Pour répondre à toutes ces questions, il faut dire que le rire est étroitement lié à l'aspect culturel de chaque société. Ce qui fait rire un Français n'est pas forcément ce qui fait rire un Allemand, Anglais, Belge….et par conséquent toute situation qui nous fait rire exprime dans le fond un « déphasage » avec l'accoutumé mais exprimé d'une manière artistique ou c'est tout simplement un acte de la vie quotidienne qui se produit d'une manière aléatoire, non volontaire et en toute spontanéité. Certaines émissions télé vont dans ce sens et en particulier avec « la camera cachée ». d'un autre côté, il y a le paramètre temps et histoire, ce qui faisait rire il ya des années ne l'est plus aujourd'hui.

L'autre aspect qu'il faut signaler est intrinsèque a nous même, à nos personnalités, à nos tempéraments. En effet, il y a souvent des personnes « sensibles au comique », qui cherchent à rire, qui cherchent à s'amuser et en des termes moindres pour d'autres. Il s'agit là en fait d'une culture qu'on doit inculquer aux gens, aux enfants : la nécessité de détente en termes de comique, de rire…

Sur un plan purement psychologique et ceci est presque démontré, c'est que les situations, paroles ou expressions artistiques qui font rire sont celles en étroite liaison avec le quotidien vécu des gens, avec les problèmes de l'instant, avec ce qui préoccupe la population…c'est sur ce plan que travaillent les « professionnels du rire » qui cherchent à drainer beaucoup de public à travers des spectacles. Il en existe dans tous les pays.

En fait le rire ne doit pas revêtir seulement cet aspect « collectif » qui se manifeste par l'organisation de spectacles, ce doit être quelque chose d'enraciné dans nos mœurs, coutumes, culture et aussi tempéraments. En d'autres termes, nous devons créer par nous-mêmes des occasions pour rire, ne serait ce qu'on racontant des anecdotes ! Les mass médias doivent aussi contribuer dans ce sens, ils doivent « ancrer » cette culture dans la vie quotidienne des gens.

Si on insiste sur l'importance et la nécessité du rire, c'est par ce qu'il constitue de nos jours un moyen efficient et efficace contre beaucoup de maux résultant de nos manières de vivre et de l'évolution de nos sociétés qui ont tendance à déséquilibrer nos humeurs et notre équilibre psychologique.

En conclusion, l'humanité toute entière est entrée dans une phase ou elle doit développer les moyens de détente comme le rire, la musique et autres activité afin de contrecarrer le rythme machinal de nos vies quotidiennes qui risquent de perdre leurs saveurs, pour ne pas dire leurs âmes.