Quand le décompte va commencer, les verres vont se lever et les congratulations, les embrassades vont aller bon train. Bonne année... Bonne année! Et la cohorte des souhaits habituels va se propager comme une traînée de poudre. Dans certains endroits, il y aura même des feux d'artifice, mais il est interdit de faire éclater des pétards.

Les "VSD" (Vendredi Samedi Dimanche) concernent la nouvelle jeunesse qui ne pense qu'à l'abrutissement trouvé au coeur de l'ivresse rapide. Non pas cette ivresse de la vie, ivresse savoureuse qui met un peu de baume au coeur, mais l'ivresse qui conduit souvent aux services des urgences. Ce soir, les urgentistes vont être sur le pied de guerre, mais SOS médecins a rallié les généralistes en grève, alors attention! Vous risquez de demeurer en berne, sur le trottoir, dans vos déjections et la tête à l'envers. Vous voilà avertis.

Le compte à rebours commence! Entendez... 10, 9, 8, 7, etc.. etc... Les douze coups de minuit à l'horloge et Cendrillon va devoir quitter le bal, sans carrosse ni chevaux! Juste avec l'illusion de ce qui a été et qui n'est déjà plus! La jeunesse va goûter encore une fois à l'illusion que procure l'abêtissement via le chemin de l'alcool. Boire un petit coup c'est agréable! S'il faut savoir doser l'effort, il faut également s'organiser afin que la fête ne devienne un drame.

La fête est un moment appréciable quand elle est conviviale, quand elle nous fait aimer la vie!

Le 31 décembre est un jour spécifique, un jour qui nous donne l'impression d'une page qui se tourne, et la possibilité d'un nouveau départ au travers de toutes nos bonnes résolutions. Contrairement à Noël, le dernier jour de l'année est souvent lié à une orgie festive alcoolisée où tout est permis. Un paradoxe? Non ! Juste les deux aspects d'une même chose et s'il est possible de faire un choix, invitons la sagesse en prenant la décision qui nous ramènera à bon port.

La prudence est de mise, les avertissements nombreux et malheureusement, l'inobservance des principes élémentaires de la prudence sont bafoués, ignorés, voir méprisés. Il y aura encore des drames liés à la bêtise humaine, des pleurs et des souffrances physiques dans ces lendemains qui risquent d'être non pas porteurs d'espérance, mais d'annonce de vies brisées à cause du non respect de la vie, tout simplement.

Faire la fête est une démonstration joyeuse d'un état d'esprit au sein de notre société, elle fait partie intégrale de ce que nous sommes. Toutefois, si elle est souhaitable, en ces temps de crise, et envisageable à cette période de fin d'année, il faut savoir la maîtriser, tout comme le ferait d'un cavalier sa monture, afin que la bête de dévie pas et que le cavalier puisse espérer pouvoir encore la monter.

C'est pourquoi je vous souhaite à tous et toutes une bonne fin d'année festive sans trop de débordement, et si débordement il y a, que prudence entre dans la danse et sagesse côtoie.