Daesh aurait exécuté récemment une centaine de combattants étrangers venus renforcer les rangs de l'#Etat Islamique en Syrie. Ceci s'ajoute aux exécutions sommaires déjà perpétrées.

Voilà une information intéressante qui mériterait de faire la une de la presse et d'être abondamment reprise et commentée. Mais ce n'est pas assez porteur et l'info en quelques heures est déjà loin, même très loin de la une de la presse. Pourtant, ce serait peut-être un bon moyen pour nos candidats au djihad de réaliser les conditions qui les attendent "in situ".

Les alternatives offertes : mourir sous les bombardements de l'aviation ou égorger comme des moutons le jour de l'Aïd et en plus par ceux qu'ils sont venus aider, étrange gratitude! Dernière alternative, croupir dans les geôles de la république s"ils arrivent seulement à rentrer, ce qui finalement serait pour eux la meilleure issue...  Entre deux maux, il faut toujours choisir le moindre dit-on.

Ne nous voilons pas la face, le cas Daesh est loin d’être résolu. Il est permis de craindre un conflit de plusieurs années, tant en Syrie qu’en Irak, mais aussi malheureusement en Europe et Etats-Unis. Le temps que la mauvaise graine finisse de germer et lève chez nous, il y a tout les ingrédients pour cela, reste à organiser et définir la stratégie. Al-Quaïda nous a donné un bon aperçu de ce qu'il est possible de faire en la matière, y compris aux Etats-Unis.

Il est vrai que depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les attentats terroristes se multiplient : FLN, OAS, brigades rouges, Carlos, les attentats commandités par la Libye, et maintenant les jihadistes de différentes obédiences. Mais les innocents vont payer le prix fort comme toujours. Les victimes de ces attentats, n'ont rien à voir avec les pouvoirs décisionnaires comme les chef d'états et les appareils gouvernementaux.

Les décisions prises dans un bureau ovale ou non d'intervenir dans les affaires d'un état souverain, avec pour seul justificatif, des rapports erronés, sont elles responsables de ce qui arrive maintenant. Les occidentaux ont remplacé les dictateurs et un ordre établi par le chaos le plus total.

L'ordre qui régnait alors souvent par la force et le sang était sûrement moins destructeur que le chaos et guerres fratricides, qui sévissent actuellement.

Bien malin qui peut dire à l'heure actuelle comment et quand cela se terminera ?