La "loi Macron" va-t-elle nous permettre d'échapper aux méfaits du chômage pandémique?

Depuis plusieurs semaines, les médias nous matraquent avec le vote de la "loi Macron" par l'Assemblée Nationale. Qu'est-ce donc que cette "loi Macron", auréolée de toutes les qualités essentielles pour forcer la relance économique et industrielle de notre "cité morte" qu'est la France en son état actuel?

Rien d'autre que ce qu'elle nous apparaît dans le concret : une hydre à 7 têtes, toutes indépendantes mais toutes rattachées à un seul tronc, celui de l'Economie nationale. Pouvons-nous songer raisonnablement que cette "loi" tentaculaire parviendra à inverser la courbe des "demandeurs d'emplois" ou relancera l'économie nationale par le biais d'une hausse du pouvoir d'achat? Bien peu d'économistes acceptent cette pensée qui leur parait "chimérique" justement.

En quoi diffèrent les énoncées du ministre face à tout ce qui a été "essayé" jusqu'à aujourd'hui?

C'est un texte "protéiforme" sur la croissance et l'activité, fort de 185 pages qui sera mis à l'étude jusqu'au 6 février prochain; Pourtant, les débats sont houleux, tant ces textes proposés déchirent plutôt qu'ils ne rassemblent les députés. Selon sa composition, ce texte détient tous les records, mais est-ce que cela sera suffisant pour être crédible aux yeux des votants?

Fortement décrié par un nombre croissant de députés lors des séances, ce texte historique a pris le risque de se voir arrêté en pleine ascension. Il existe, malheureusement, un fait suffisamment grave pour avoir été révélé ce mardi dernier 27 janvier sur la chaîne France2 dans une émission nommée "l'Oeil du 20Heures". Une révélation de fraude au vote des 3.194 Amendements via un copié-collé collectif concernant 174 Parlementaires. Portant sur 383 amendements des 13 propositions adressées aux députés par les représentants de Notaires, (dixit l'Obs.Economie), il s'avère être une vaste opération de "lobbying" selon France2.

Au cours de ce marathon parlementaire qui repose sur trois axes fondamentaux qui sont la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, il s'avère que bon nombre d'embûches vont tenter de freiner les débats.

A l'étude, notamment l'assouplissement du travail dominical, que verraient d'un oeil favorable certains secteurs commerciaux ou bien les professions réglementées, 

Quel sera l'impact souhaité et souhaitable pour relancer une croissance en berne? Quand les industries demeurent dans le "rouge" et que les chômeurs envahissent encore et toujours "Pôle Emploi", pouvons-nous croire en ce qui pourrait n'être qu'effet d'annonce sur fond de toile électorale 2017?

Le Premier ministre Valls a engagé sa responsabilité dans d'autres circonstances que celle-ci. Le Président de la République s'est engagé à tout mettre en oeuvre afin d'éradiquer le chômage et d'ouvrir le cap à la prospérité nationale. Sont-ils sur la bonne voie? Le temps nous le dira. #Finances