Les corps de Charb, Cabu, Wolinski et les autres sont à peine refroidis que déjà des dizaines d'internautes crient au grand complot. Comme après à peu près chaque événement tragique majeur - les attentats du 11 septembre par exemple - des blogs et des libres penseurs tentent d'élever la voix pour dénoncer « le terrible complot des médias et des politiciens » qui dissimuleraient la vérité pour en faire gober une autre.

Depuis mercredi, les théories du complot font rage sur le web, et plusieurs arguments ont été savamment développés pour faire passer le message de ces doux paranoïaques. Certains ont donc pointé du doigt un fait « étrange » : la voiture noire utilisée par les frères Kouachi a des rétroviseurs chromés (et donc brillants) sur une photo, alors que sur une autre, ces mêmes rétroviseurs semblent de couleur noire. Ces images ne seraient-elles donc pas réelles ? En vérité, l'explication de cette différence de couleur est très simple : le chrome réfléchit la lumière différemment selon l'angle.

Autre « bizarrerie » pointée du doigt : la carte d'identité d'un des terroristes laissée dans leur voiture. Ne serait-il pas étrange que des combattants surentraînés et très bien préparés auraient commis une erreur de débutant digne du plus mauvais cambrioleur ? Et si cette carte d'identité avait été déposée là exprès par quelque parti politique à qui bénéficierait l'attentat (les regards se tournent évidemment vers la droite, oui, tout à droite) ?

À l'heure actuelle, il est encore difficile de comprendre le pourquoi du comment de cette carte d'identité oubliée. Mais au vu des derniers événements, les frères Kouachi n'étaient pas si préparés que ça : fuite non organisée, prise d'otage bancale, témoins à gogo… Et si ces terribles meurtriers n'étaient après tout que des idiots jusqu'au bout, au point d'oublier la plus grande preuve de leur culpabilité derrière eux ?

La vidéo du policier froidement et lâchement abattu par les terroristes en pleine rue a également fait parler d'elle. Loin de s'offusquer d'un tel acte, certains ont osé émettre des doutes quant à la véracité de cette vidéo. « Si le policier avait été réellement tué, il y aurait eu du sang partout », avancent ceux qui ont visiblement trop souvent regardé des séries policières. La victime est bien entendu décédée, et polémiquer sur la véracité de sa mort ne semble pas choquer plus de personnes que ça.

Un coup monté ?

Et si toute cette histoire n'était qu'un coup monté pour permettre à François Hollande et à ses sbires de déclarer ouvertement la guerre aux jihadistes ? Là encore, cette théorie du complot ridicule a trouvé résonnance chez certains : le président sur place en moins de 56 minutes (comme s'il savait ce qui allait se passer), des médias américains et israéliens qui donnent les informations avant leurs collègues français, un journaliste de #Charlie Hebdo aperçu sur le toit du bâtiment portant un gilet pare-balles… La réalité est en vérité une nouvelle fois toute simple : les médias français étant par habitude frileux à annoncer des informations sans les avoir recoupées, les médias internationaux ont eux sauté sur leur clavier pour divulguer le nombre des victimes et les noms des terroristes avant tout le monde. Pour ce qui est du gilet pare-balles du journaliste, il n'est vraiment pas étonnant qu'une rédaction - et encore plus celle-ci, depuis toujours dans le collimateur des terroristes - en dispose de quelques-uns, au cas où.

Qui se cache donc derrière ces théories du complot ? Difficile de le dire, la plupart se cachent derrière des pseudos et se défendent de profiter de la liberté d'expression. Alors que ceux dont le but ultime était de montrer la réalité sont tombés sous les balles de quelques cinglés, n'auraient-ils pas un goût amer en voyant que leurs morts profitent à certains qui ne pensent qu'à affoler le peuple en discréditant la presse dont ils défendent pourtant aujourd'hui les valeurs ?