Les présumés coupables de l'attentat contre Charlie Hebdo portent le nom de Kouachi. Deux frères en cavale avec la fleur de la police française aux basques, le GIGN et le RAID, tous deux spécialisés en brigades anti-terroristes.

Aujourd'hui, la traque fut étendue jusque dans les abords de la Picardie, jusqu'à environ 20km de Villert-Cotterêts, dans l'Aisne, où, paraît-il, les deux frères auraient été aperçus jeudi. Se sentant menacés, les deux fugitifs ont perpétré une prise d'otages à Dammartin-en-Goële!

Qu'est-ce qui les fait agir de telle sorte qu'un pays tout entier soit devenu leur ennemi?

Au début, ils ont agi comme des terroristes. Mais leurs actes démontrent qu'ils ne recherchent pas le statut de "martyr", mort des "héros" de la foi! Ils agissent comme des criminels, avec prise d'otages, fusillade et surtout, avec un objectif: faire parler d'eux, comme l'aurait fait "la bande à Jules bonnot" ou autres malfrats. Sont-ils de vrais terroristes, fanatiques religieux, ou plus véritablement des "fou d'Allah" qui sont en dérive et cherchent une certaine notoriété? La question peut se poser.

Le déploiement des forces spéciales du GIGN et du RAID associées ont mis leur position en difficulté, la rendant plus que périlleuse, voir désespérée. Que ce soit sur terre ou dans les airs, la traque dont ils furent l'objet est allée jusqu'au bout, ils n'auront pas eu de répit. Suite à l'assaut survenu par les forces spéciales peu après 17h, leur otage a été libéré, alors que les deux frères ont été tués. 

Ce qu'ils n'avaient pas prévu? L'essentiel, à savoir le retournement de la France debout, sans tenir compte des affinités d'aucune sorte, avide de justice et éprise de liberté, condamnant d'un même élan et d'un même coeur l'attentat lâche perpétré contre le journalisme sous toutes ses formes. La liberté d'expression est le gage et le garant d'une démocratie forte. Ils ont été trompés dans leurs attentes, ne trouvant nul écho favorable pour leurs actes criminels, chaque français se désengageant d'une pareille cause de pur banditisme. Se seraient-ils servi d'une peur installée depuis le 11 Septembre 2001 pour agir, se faisant passer pour terroristes sans l'être vraiment? Seule la justice française saura démêler ce sac de noeuds, difficilement pourtant, étant donné qu'ils ne sont plus là pour répondre aux interrogatoires.

Il va pourtant falloir répondre à une question plusieurs fois posée et demeurée sans réponse: d'où provient l'incapacité des forces des R.G. qui connaissaient, là encore, ces deux hommes, comme ils connaissaient Merah, sans toutefois les interpeller? Encore une fois, la logique surgissant ici me laisse perplexe! Deux bains de sang qui auraient pu être évités? Quel est le raisonnement de ceux-là qui sont payés par nos impôts pour garantir la stabilité de la sécurité sur notre sol et qui, encore une fois, échouent? Sont-ils si lamentables où bien des consignes spéciales sont données pour ces affaires?

Il va falloir répondre à cette question, et vite, si vous ne voulez pas qu'un jour, le peuple ne vienne vous la poser de vive voix. Ce n'est pas tout d'organiser des cellules de crise pour s'entendre dire, à la fin, que ces hommes étaient connus et fichés. Ca sert à quoi? Ca mène à quoi? Quel but recherché et quel objectif atteint? Répondez-nous!

Les Français ne vont pas se contenter de l'habituelle réponse via le biais des journaux télévisés ou écrits. Il va falloir donner de vraies explications, car au travers de ses épreuves, le peuple français sort de l'enfance et réclame ce pourquoi il vote: la juste vérité sans artifice.