Une grave interpellation monte dans les pensées de ceux qui, non obnubilés par le fil conducteur de la pensée unique, réfléchissent sérieusement devant les flots d'informations qui naissent au fil des heures, au fil des jours qui passent après l'attaque meurtrière visant la France en son coeur, puisque la liberté d'expression était visée, était touchée sans être atteinte.

Quelles sont ces informations qui peuvent nous conduire à la conviction que tout n'a pas été fait afin d'éviter cette tuerie, comme il en fut jadis en ce qui concernait les attentats perpétrés par M. Merah, ou par d'autres de ses semblables?

Par exemple, il est de connaissance publique, maintenant, que le meneur de la tuerie du nom de Djamel  Beghal a été incarcéré entre 2006/2009 afin de purger une peine de 10 années d'internement au centre de Détention d'Uzerche en Corrèze. Cet individu connu pour être le financier du réseau qui, en 1996 à Paris, se rendit coupables d'attentats, également connu pour son appartenance à un islamisme radical.

Pimpon... La maison brûle et il n'y a personne pour éteindre l'incendie?

Faut-il arriver à penser que les lois établies concernant la détention des criminels de cet acabit ne sont qu'illusoires? Madame Taubira, ministre concernée à cette époque, avez-vous pensé en profondeur les tenants et aboutissants des réformes des prisons?

A ce jour, (selon Le journal Le monde) la même Christiane Taubira, idole du P.S. garde des Sceaux, a fait paraitre une circulaire en date du 9 Janvier dernier, invitant tous les Procureurs de la République, à conclure une politique non conforme aux attentes républicaine des français en cela : traiter pareillement les récidivistes et les non récidivistes, jihadistes inclus. Honte au Gouvernement qui défile en masse et agis en cachette, sous le couvert d'une volonté idiote et dangereuse.

N'est-ce pas plutôt ce qui a mis le pied à l'étrier des actes de violences dont la France, en ce jour, est victime? Une politique partisane justifiait-elle un tel laxisme dans l'évolution carcérale, ou bien n'est ce que la résultante d'un profond laxisme des services secrets français qui, semble-t-il, connaissaient tous ces personnages ambigus? 

Dans notre liberté républicaine, pourrions-nous un seul instant imaginer qu'il existe des complices au coeur du Gouvernement français et ailleurs? Il semble anormal que de telles affirmations arrivent sur les prompteurs des journaux télévisés, sur la Toile du Net, faisant paraître un côté "sombre" de la Force des Services Secrets français, et de toutes les Autorités tutélaires de France?

Il fut un temps ou la France fit front d'une menace avec prise d'otages français et le président d'alors engageant  fermement les Forces militaires françaises, les "bérets verts" à "sauter sur Kolwezy et ramener sur notre sol ses ressortissants.

Que le gouvernement calcule bien son approche du problème, car il va lui falloir se montrer à la hauteur quand à ses agissements. Ce n'est pas parce que François Hollande se voit gratifié d'un surcroit de confiance que la France marche derrière lui. Il ne faut pas jouer à certains jeux réprouvés par le peuple souverain. Oui, le peuple souverain s'avance.... Tyrans descendez au cercueil! La République nous appellent... Un français doit vivre pour elle, pour elle un français sait mourir!