Je suis scandalisée lorsque qu'au nom de la liberté d'expression, on nous intime de nous taire parce que nous refusons l'étalage des images graveleuses de certains qui y voient une forme libérée de la "Liberté d'expression".

Pourquoi cette liberté leur est-elle accordée et pas aux autres qui se différencient non pas du sentiment citoyen mais de la vulgarité affichée et payante?

Je refuse l'idée que des extrémistes aient agit pareillement, et je déplore tout autant que la France, l'Europe et le monde entier que l'on ait attenté à cette liberté démocratique. Ce que je déplore, c'est que tous prennent un flambeau sans voir ce qui brille au-dessus de ce dernier. Il ne faut pas que la liberté soit entachée de rien du tout! Les extrémistes s'en sont emparés et malheureusement, il y a l'effet "boule de neige" : d'autres attentats sont déjà à déplorer.

En mon âme et conscience, j'adhère à cette levée massive des peuples et la levée de boucliers contre le fanatisme religieux sous toutes ses formes, la barbarie n'étant pas ma tasse de thé. Mais je refuse d'être associée à ce fatras de saloperies imagées qui s'étalent au grand jour. Songez, vous les parents, à vos chères têtes blondes penchées, interrogatives, sur des images pornographiques étalées au grand jour. Est-ce cela la liberté? De nous infliger de multiples mots orduriers à longueur de journée relève-t-il le niveau de notre culture et de la vision offerte aux autres civilisations?

Pour certains oui! Pour moi et pour bien d'autres, dont je ne suis pas le porte-parole, non!

Pourquoi nul ne se lève en disant simplement : je ne suis pas Charlie, mais je dénonce... Est-ce la peur d'être lapidé pour le motif d'être "facho" ou autre pensée collective?

Je suis comme vous, me réjouissant de savoir que les auteurs de cet acte inqualifiable ont subit les assauts de la police, tombant sous les projectiles d'une justice armée. Je suis comme vous et mes pensées vont pour le journal en deuil, les familles amputées de leur proche. Je ne renoncerais jamais à combattre l'injustice là où elle se niche! Mais il n'est pas question, pour moi, pour d'autres, d'adhérer de manière sereine à ces images dégoutantes et de mauvais goût, désireuses de faire passer un message, mais quel message? Celui qui ne dénonce pas, mais qui permet tout au nom de la Liberté!

Au nom de la Liberté, des mots orduriers sont entrés dans le dictionnaire! Bravo messieurs de l'Académie française. Quand elle fut créée, ce n'était pas pour une telle finalité.

Une maxime voilée : la liberté des uns commence là ou s'arrête la liberté des autres. Suis-je dans l'obligation de me soumettre en silence dans ce qui me paraît inqualifiable?

La Liberté de France s'est acquise dans le sang de nombreuses victimes;.Les "ennemis de la nation" mais qui étaient les vrais ennemis de la Nation? Aujourd'hui, qui sont les vrais ennemis de la Nation? Ceux qui agissent ou ceux-là qui rachètent la France à bas prix et qui commanditent les actes terroristes?

La démocratie me permet de tenir ce langage, la Liberté également. Mais je ne déborderais pas, telle n'est pas mon intention.

La France s'est levée comme un seul homme et vous vous gargarisez de cela, mais c'est une illusion qui va exploser très prochainement, c'est juste une trêve politique. Déjà chacun affute ses armes pour tirer la couverture sur soi. Nous devons être vigilants, n'acceptant pas la dictature de la peur et de ses prophètes de malheur qui veulent nous influencer et nous infliger le courant de leurs pensées ignobles!

En ce qui concerne les pamphlétaires, les caricaturistes de toutes origines, soyez assurés que nul ne peut se réjouir de ce qui vient d'être. Je dis bien : nul!

Mon désir, ici? Juste élever l'étendard de ceux qui se refusent à entrer dans le fleuve de la "pensée unique" et d'adhérer, sans réfléchir, à cette expression "je suis Charlie" alors que c'est faux. Nous ne sommes pas "Charlie" mais nous sommes contre toute expression barbare d'où sa provenance.

À bon entendeur!... #Charlie Hebdo