Je suis triste et désorienté car je viens de perdre un ami, une connaissance, un maître qui n'était pas de mon bord politique, mais qui s'appelle Bernard Maris. Je ne voudrais pas m'appesantir sur la disparition de Bernard car il m'a aidé intellectuellement, au nom de la liberté d'expression, à me débarrasser des idées libérales préconçues auxquelles me prédisposaient toutes mes études en économie. Grâce à Bernard, je pense être un hétérodoxe en économie, capable de mener une réflexion qui s'inspire des éléments venant de l'analyse libérale, de droite et de gauche, voire de l'extrême gauche.

Je veux aussi m'incliner devant la mort des forces de l'ordre et des personnes concernées par cet attentat horrible. Les rassemblements en ce moment en France traduisent deux facteurs.

1. La France est menacée dans ses fondements. Le Président Hollande a eu les mots justes en parlant d'assassinat délibéré de la part de terroristes qui souhaitent imposer leur façon de faire pour déstructurer la démocratie et la laïcité mais surtout la liberté.

2. Hollande, dont on dit qu'il est incapable de gérer la France, montre en ces moments douloureux pour la collectivité nationale, qu'il tient bien la barre.

Les terroristes veulent nous faire taire et utilisent l'Islam comme arme politique en souhaitant que certains de nos compatriotes se regroupent de façon identitaire en imposant la Charia et la régression de la femme. La France et les journalistes doivent garder cette largesse d'esprit et cette insolence épistolaire et oratoire. Au moins Cabu, Charb, Tignous et Wolinski ne seront pas morts pour rien. Les rassemblements sont indispensables, mais une fois les larmes séchées, il faudra s'interroger sur la notion de citoyenneté républicaine en France.

Un certain nombre de terroristes s'appuie sur des ressentiments subjectifs ou objectifs qui naissent de mises à l'écart de certains de nos citoyens de confession musulmane pour infuser le poison d'un repli communautaire et identitaire. Y aurait-il des failles dans notre système français du vivre ensemble ? Le terrorisme vient de nous imposer la guerre, il ne faut pas avoir peur. Ayons confiance dans notre police et dans les services de renseignement qui font un travail remarquable. Ne nous séparons pas et travaillons ensemble à un meilleur équilibre car nous sommes une société qui n'a pas fait son travail du vivre ensemble. Ce n'est pas une dénonciation, mais modestement je veux montrer que, malgré la douleur et le sentiment de honte et de colère qui nous envahit, notre sécurité collective dépend de notre capacité à nous parler réellement les yeux dans les yeux, au nom de la liberté d'expression qui doit être une réponse aux attentats terroristes.

Que la direction de Charlie-Hebdo qui a été assassinée, trouve ici toute la compassion de la République car nous sommes tous les gardiens de la liberté que Cabu, Charb, Tignous et Wolinski ont toujours su nous montrer grâce à leur talent de caricaturiste. Salut les artistes, nous vous serons toujours reconnaissants.
#Charlie Hebdo