Devenu chef de guerre, acclamé par la France et ailleurs, Hollande met la France en péril par son attitude  éhontée face aux ordures dessinées par #Charlie Hebdo, depuis peu hissé au rang d'icône nationale.

Les pays musulmans agressés par les caricatures excessives sorties du magazine Charlie Hebdo, défiés par les prises de positions de l'Etat français qui ne veut pas renoncer à ces extravagances malsaines, ont lancé un défi au peuple français et à ses dirigeants en ces termes "Dehors ou nous vous égorgerons".

A Niamey, selon Ouest-France, Libération et Le Monde entre autres, une émeute sanglante a fait une dizaine de morts, et un autodafé de 45 églises détruites par le feu. Pas dangereux Charlie?

Pour s'en assurer, il faut savoir que du Niger au Pakistan, de l'Iran en passant par Gaza, ou encore en Afghanistan, le drapeau français est immolé par les flammes de la colère des peuples insultés dans leur foi par des dessineux moqueurs et insultants, qui ont mis le feu aux poudres, entraînant dans leur sillage une déstabilisation des principes de paix mondiaux. N'en déplaise à ceux-là qui n'ont pas compris qu'il n'était plus question d'un droit à l'expression fondamentale en notre société républicaine et démocratique, mais un pied à l'étrier d'un processus de guerre allant au-delà d'une simple vision sur papier, d'une seule caricature à la mode de la moquerie, de la raillerie.

Sur l'appel du président Tchétchène, Kadyrov, élu depuis 2007, une marée humaine s'est réunie à Grozny, capitale de la Tchétchénie, en fédération russe, éructant une haine profonde envers la France et ses agissements et mettant le feu au drapeau français, emblème de notre liberté acquise dans le sang des patriotes. Ce peuple tchétchène a des droits et pense qu'ils sont bafoués dans l'irrespect que nous affichons ouvertement envers eux et leur foi. Nous sommes devenus responsables de cette kabbale et irresponsables devant l'international. Monsieur Hollande, vous risquez de voir vos lauriers mordre la poussière.

La France, depuis longtemps, se veut championne de la liberté, mais les principes fondamentaux de la liberté sont ici totalement foulés aux pieds et applaudis par des millions aveuglés par des slogans lancés à tous vents. Mais heureusement, toute la France n'est pas Charlie. Une bouffée d'air frais dans ce magma putride de l'insupportable déjection qui se veut libertaire mais qui n'est rien d'autre qu'une extravagance manifestation d'une haine profonde envers la foi de millions d'individus.

Le 19 janvier dernier, lors des 70 ans de l'Agence France Presse, le président français s'est saisi de l'occasion pour en remettre une couche, dans une envolée qui n'a rien de lyrique, tout en félicitant les journalistes blessés par balles, ou tués, à Karachi lors de manifestations "anti-Charlie" en ces termes :

"La France ne fait de leçon à aucun pays, mais la France n'accepte aucune intolérance! Nous n'insultons personne lorsque nous défendons nos idées, lorsque nous proclamons la liberté. Au contraire, nous respectons (?) toutes celles et tous ceux à qui nos idées s'adressent pour les faire partager".

Et tout cela au nom d'une liberté chérie roulée dans la farine... Il faudrait que Marianne puisse encore s'exprimer librement. #François Hollande