Une triste nouvelle pour l'Ile de Beauté: ce week end, à Ajaccio, un drapeau français détrôné a été en partie brûlé et remplacé par un drapeau marocain.

Une escalade d'actes de violence voit le jour à échelle internationale. Ceux qui s'en prennent au symbole républicain français veulent-ils en fait démontrer leur exaspération et leur colère devant un #Gouvernement français qui n'interdit pas les caricatures pouvant être blessantes pour certains? Ce type d'actes se multiplie ces derniers jours... Serait-ce là la réponse à des stigmatisations populaires de peuples irrités à l'extrême?

En choisissant Ajaccio, représentation d'un empire morcelé, les agresseurs ont touché juste. Département français, la Corse, souvent réfractaire à la France, est un terrain favorable à toute action violente. Pourquoi un drapeau français brûlé et remplacé par le drapeau marocain? Deux raisons particulières pourraient s'imposer: la première étant l'importance de la communauté maghrébine musulmane, la seconde en souvenir des exploits guerriers obtenus par les soldats corses sur leurs adversaires sarrasins, qu'ils décapitaient afin d'effaroucher leurs adversaires. Ce symbole aragonais se transforma dès 1762 par son adoption officielle, en drapeau national Corse. 

Le drapeau français "sacrifié" à la vindicte populaire était fixé sur le devant d'une école maternelle. Il fut délogé, détruit par le feu et remplacé par le drapeau marocain. Faut-il chercher une raison particulière à cet acte répréhensible? Une adhésion avec la communauté musulmane de Corse? Un acte engageant le ressenti d'un groupuscule? Le personnel enseignant est choqué, insistant sur des faits importants relatifs à un déséquilibre des représentations au sein de l'école, selon les informations rapportées par Corse Matin.

Une enquête est en cours, et les coupables risquent une amende allant jusqu'à 7500 euros et une peine d'emprisonnement ferme de 6 mois.

Le Gouvernement français va devoir apprendre de force ce qui aurait pu être appris autrement. Devrait-on modifier certains points de la Constitution, à savoir que ce que nous exigeons des autres, les autres peuvent l'exiger de la France? Quoiqu'il en soit, cette dernière ne peut pas continuer, au nom de sa liberté, à permettre la publication de caricatures offensantes qui ont mis le feu aux poudres.