Y'en a plus que pour "#Charlie Hebdo". C'est amusant (ou peut-être pas en fin de compte) de voir comment aujourd'hui la France entière, la populace, les médias et les politiques appellent comme un seul homme à l'indignation après la tuerie perpétrée dans les locaux de l'hebdomadaire satirique.

Pire encore, comment des gens de toutes origines s'amassent comme des moutons brandissant des crayons et des slogans "Je suis Charlie" pour revendiquer la liberté d'expression. Cette même liberté d'expression qu'ils ont déniée à l'humoriste Dieudonné M'bala M'bala. Ce dernier se serait appelé Charlie M'bala M'bala qu'il n'y aurait eu aucune différence. Le pauvre ! Il s'est vu censuré de toutes les façons imaginables et traité d'antisémite parce qu'il a osé joué un juif orthodoxe dans un sketch ou parce qu'il a critiqué ouvertement le sionisme. Pendant que ceux de Charlie Hebdo peuvent porter atteinte aux croyances des adorateurs d'Allah sans en être inquiétés. Au contraire, ils sont aujourd'hui considérés comme des héros, des icônes, le symbole vivant de la liberté d'expression en France voire même dans le monde, suscitant la consternation et la compassion même de ceux qui viennent de pays et de régions où chaque jour des gens sont brimés, voire massacrés, parfois même sous le haut patronage de la France, des Etats-Unis, tous ces pays qui disent prôner la liberté.

Il faut s'indigner face à la barbarie et la violence. Mais on n'a vu personne s'indigner quand ce même mercredi 07/01 dans le Vaucluse, cette femme de confession musulmane a été prise pour cible dans sa voiture. On n'a vu personne scander "Je suis Ali" lorsque des mosquées prises pour cibles font l'objet d'attaques armées. Personne ne s'indigne sans doute parce que c'est un fait divers. Personne ne s'indigne contre l'islamophobie. Parce que de toutes façons l'Islam, toujours pointée du doigt, est responsable de toutes les personnes prises de folie meurtrière soit disant au nom d'Allah.

Une liberté à deux poids deux mesure puisqu'il semble au final que la liberté d'expression est l'apanage de certains. Les autres ils n'ont qu'à la fermer. "...Vous êtes déjà bien chanceux qu'on vous laisse vivre..." pourrait-on les entendre dire. La liberté d'expression, à l'image de l'Homme, un concept ondoyant et divers.