La deuxième guerre (1939-1945) restera fortement ancrée dans l'histoire du monde, comme la guerre la plus atroce et la plus meurtrière. Et si les crimes et la violence ont tant marqué les mémoires collectives, la découverte des camps, ainsi que son ouverture au monde à considérablement choqué l'esprit de certaines populations qui ne pouvaient pas y croire. 

Mais jusqu'où va la cruauté humaine, comment peut-on tuer avec autant de sang-froid des foules entières pour ce qu'elles sont? Cela fait maintenant 70 ans que ces questions ne trouvent toujours pas de véritable réponse, car on ne peut justifier tels actes.

Des camps qui depuis 1933 ne cesseront de hanter les mémoires 

#Auschwitz-Birkenau, situé dans les localités d'Oświęcim (Auschwitz en allemand) et de Brzezinka (Birkenau en allemand) est occupé par l'Allemagne après l'invasion de la #Pologne en septembre 1939.

Le camp de concentration d'Auschwitz est devenu tristement célèbre de par sa taille, car il est le plus grand camp d'extermination mis en place par le Troisième Reich. Il ne cessera de faire tourner ses fours jusqu'à la libération par l'Armée rouge de Staline en 1945.

Les premières images des camps sont dévoilées en France par le journal le "Figaro" qui dés le mois d'avril 1945 livre déjà un premier témoignage de l'envers du décor nazi pour les Juifs. Ils ne sont pas envoyés en travaux forcés, mais pour leurs grandes majorités à la mort. Pour les autres qui survivent, ils sont durement enfermés et rendus à l'état d'esclave.

Le discours de Winston Churchill, Premier ministre britannique s'adressant à la nation le 24 août 1941 n'a jamais était aussi lourd de sens, que lors de la libération de 1945 « Depuis les invasions mongoles au XIIe siècle, on n'a jamais assisté en Europe à des pratiques d'assassinat méthodique et sans pitié à une pareille échelle. Nous sommes en présence d'un crime sans nom (...). Quand sonnera l'heure de la libération de l'Europe, sonnera aussi l'heure du châtiment ».

Le monde commémore la libération des camps

Les années passent mais ne se ressemblent pas. Pourtant, le devoir de mémoire se fait de plus en plus important. Cette journée du 27 janvier 2015 est importante pour les générations futures. Ce n'est pas parce que nous n'avons pas vécu la guerre que nous ne devons pas nous rappeler. Car cela fait bel est bien partie de l'histoire de l'humanité. L'homme est capable du meilleur comme du pire et cette deuxième guerre mondiale en est malheureusement l'exemple.

Les victimes qui ont survécu ne peuvent également pas se taire, car ils portent en eux le devoir de témoigner, de démontrer que ces faits aujourd'hui, historique ont existé, et on décimé des pays, des villes, et des familles entières qui ont dû se reconstruire dans un monde qui ne les comprenais pas toujours.

Pour cet événement, ce sont les représentants de 38 pays qui se rendront dans le camp d'Auschwitz libéré par l'Armée rouge. On notera, tout de même, l'absence du président russe Vladimir Poutine qui souligne que n'ayant pas été officiellement invité par le musée du camp d'Auschwitz, la Russie serait officiellement représentée par le ministre Sergueï Ivanov.