Il était une fois, dans un pays démocratique, une princesse qui dormait depuis de longues années!

N'est-ce point ainsi que commence les contes de notre enfance? Il était une fois, dans un merveilleux royaume ... une princesse endormie après s'être piquée le bout de la raison à la pointe d'un rouet socialiste. Chacun la plaignait, mais plaignait également le royaume qui, pareillement à la belle, s'endormit, et pour longtemps.

Plus de prospérité, plus de soleil, plus de joie; juste une profonde mélancolie qui allait droit au coeur de tous. Les pays voisins regardaient tristement l'état de désolation de ce pays qui naguère, était verdoyant, riche pour tous d'un PIB grassouillet. Tous avaient connu les "Trente Glorieuses" qui faisaient la fierté de cette nation portant le deuil de son passé! Pensez-donc, 5 semaines de congés payés, des heures travaillées et payées justement: Cela brisait le coeur des plus fervent de ses admirateurs.

Qu'était-il donc arrivé pour que le pays s'appesantisse ainsi et s'endorme tristement, sourd aux appels extérieurs lui rappelant que du réveil il était l'heure.

Pendant ce temps, loin de l'endormissement mortel, de la princesse, des voisins peu scrupuleux se procuraient, à ses dépens, des parts de marchés. Ce qui devait arriver arriva et ce fut la chute du "Triple A" au grand dam' de l'Inquisition européenne qui sonnit les trompettes, avertissant à grands bruits, à fort brouhaha, la belle, qui enfin, sur son lit s'étira.

Selon le rituel renouvelé toutes les 5 années, deux prétendants à la fin en lice demeurant, se livrèrent duel sanglant. Beau parleur? Pas vraiment, mais François sorti de son chapeau 60 arguments bien placés, bien sonnants; et la belle France, bientôt séduite, le pris pour amant.

A peine l'union consommée que François perdit son attrait! Du puits profond de ce désamour , montaient, des chaumières, de grands cris et coulaient, sur les joues, chaudes larmes! Au royaume des aveugles le borgne est roi, ici il n'était plus ni borgne ni roi.

A bas François!

Au "ministère" des médias commença dès lors une folle course aux chiffres des statistiques qui jamais ne remontèrent. Pauvre de nous disait France, pauvre de moi clamait François. En fait, Carabosse prenait sa vengeance contre la pauvre France qui jadis l'oublia. Une petite mort dans le royaume s'installa, Plus de chants dans les rues, mais des files d'attentes à Pôle Emploi! Les Restos du coeur officiant pour la 30ème fois, sans oublier le prix du diesel taxé de 4 centimes d'euros tandis que le RSA se voyait augmenté de 4 euros par mois.

Pauvre de nous disait France! Pauvre de moi pleurait François!

La bonne fée, marraine de France, lui fit alors une prédiction qui fit sécher les larmes des yeux de la belle éplorée : en 2017 tu auras de nouveau le choix de prendre pour époux qui tu voudras! Regarde autour de toi comment ils s'affairent déjà!

C'est ainsi qu'après tout juste 3 années et quelques mois s'affichèrent les nouveaux prétendants à la couronne, désireux d'en découdre en montrant, s'il le fallait, leur bon droit.

Mais combien de temps reste-t-il au sablier républicain? Juste plusieurs mois! C'est pourquoi je fais monter ma supplique vers toi, France, ma belle! Je t'en supplie! Ne te rendors pas! Ceci est mon souhait pour 2015, mon désir pour toi.