A l'instar de la monarchie britannique, la royauté belge possède également ses brebis galeuses, ou du moins ses fantasmes princiers, dignes d'une série télévisée pour grand public. La dernière "histoire belge" en date, nous vient du prince Laurent, le cadet du Roi Albert II. Celui qui est également le frère de Philippe, l'actuel Roi des Belges, fait très souvent à la Une des médias pour ses attitudes étranges et pour ses prises de positions hors du contexte royal. Chacun, bien entendu, possède le droit indéniable d'avoir ses opinions sur tout, mais aussi le devoir de ne pas allumer le feu, comme le chanterait un personnage très connu.

Dans le cas qui nous occupe, le moins que l'on puisse écrire c'est que notre "cher" prince n'en rate pas une. Déjà dans le passé, il fut au centre de toute l'attention du palais et des médias, pour des écarts verbaux ou des frasques intolérables au vu de sa fonction. Il fut d'ailleurs interdit de séjour dans les manifestations officielles pendant quelques mois. Non content de cela, il nous sort le grand jeu, celui d'un homme habité par des gens de l'au-delà ou encore admirant une langue étrangère. On vous l'accorde, apprendre une nouvelle langue n'a rien de bizarre si ce n'est que d'après ses propres dires, le prince admirerait cette nouvelle langue sans savoir la lire ou la parler...

Bon d'accord, le problème n'est pas nouveau avec notre "bon Laurent". Le dernier de la tribu Albert-Paola a toujours fait preuve de ce charisme d'enfant gâté, pas gêné le moins du monde pour ce qui ne devrait pas être sanctionné par le Palais.

Mais cette fois, ce sont deux thèmes pouvant toucher la sensibilité des "sujets de sa majesté" qui viennent d'être présentés au public par nos confrères de la Dernière Heure. Dans un premier temps, le fils cadet d'Albert II dévoile qu'il parle -tous les jours- avec les morts. Et sans les citer, avec deux personnalités qui ont marqués sa vie. A quand les consultations de tables tournantes à la Villa Clémentine?

Ensuite, il affiche une admiration pour la langue arabe, et déclare que ses enfants ont droit à des leçons particulières à domicile, données par un professeur digne de ce nom. Pour sa part, Laurent dit ne pas savoir lire cette langue, et encore moins la comprendre. Du coup, tant qu'à pas savoir lire et comprendre, on peut se demander pourquoi il n'a pas choisi le Chinois, qui est de loin la langue la plus parlée au monde? 

Aller, on ne vous en veut pas, prince, vous avez le droit de vivre à votre guise, et on espère grandement que vous soyez heureux avec votre épouse et vos enfants. Faites quand même attention à ne pas vous faire radicaliser...
#Belgique