L'UMP sort victorieuse du deuxième tour des élections départementales dimanche 29 mars aux côtés de son allié naturel du centre droit, l'UDI. Ceux qui ne voyaient pas la forme que prendrait le retour de Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP sont dorénavant convaincus de sa capacité à reprendre l'UMP en main pour en refaire un grand parti républicain. Nicolas Sarkozy a su refonder l'unité de l'UMP et sceller dans le marbre la notion de rassemblement. Il faudra qu'il en soit ainsi pour les élections régionales en 2015 et pour les primaires en 2016 en vue de l'élection présidentielle de 2017.

J'ai été l'un de ceux qui n'a pas toujours compris la stratégie du « ni-ni » de Nicolas Sarkozy. Sur le long terme, je pense qu'il finit par avoir raison car il se dégage du piège tendu par le PS qui souhaiterait que l'abandon de la stratégie du « ni-ni » serve le PS. Nicolas Sarkozy a fait une campagne à droite et au centre. Il trace son sillon et il essaie de se démarquer d'Alain Juppé, favorable à des réformes consensuelles et en douceur de la société française, et de François Fillon qui est pour une rupture radicale. Alain Juppé et François Fillon sont les impétrants pour la primaire UMP de 2016.

Le mois de mai va être très important pour Nicolas Sarkozy sur deux points :

  1. il change de nom (et de logo l'UMP) pour adopter celui que d'aucuns traduisent comme le Parti des Républicains,
  2. il va être obligé de mettre en place une ligne et un projet politique clairs vis-à-vis de l'allié traditionnel l'UDI et surtout du MODEM dont on connait la participation au cours du deuxième tour des départementales sous l'influence d'Alain Juppé. Le débat pour savoir si c'est la stratégie de Juppé (alliance de l'UMP avec le centre) qui a inspiré Sarkozy ou non, est de faible utilité politique dans la mesure où ce qui compte, c'est la victoire du camp de la droite et du centre.

2017 dans le viseur

Il reste à Nicolas Sarkozy à capitaliser la victoire de l'UMP/UDI/MODEM en apportant des réponses claires aux préoccupations des Français. La droite et le centre ont gagné 66 départements, il faut que l'alliance de l'UMP avec le ou les centres permette de faire des départements gagnés de véritables laboratoires d'expérimentation et de travail concernant les promesses qui ont été faites aux électeurs, à savoir baisse des dépenses publiques, baisse de la fiscalité et lutte contre les assistés. Ce travail d'expérimentation est le véritable laboratoire et le terrain propice aux élus UMP/UDI pour proposer des solutions au pays en vue de la présidentielle de 2017.

Le citoyen que je suis et qui ne souhaite pas voir son pays sombrer, propose à Nicolas Sarkozy, à l'UDI, à Alain Juppé et à François Fillon d'utiliser les premiers résultats dans les départements acquis par la droite comme esquisses de solutions pour une vision claire. Une droite digne de ce nom doit tenir un discours clair vis-à-vis du Front National sur le plan économique. On sait que le discours du Front National sur le plan économique est proche de celui de l'extrême gauche et inapplicable en France.

Pour le centre droit français, gagner des départements, c'est bien, il faut maintenant construire une vision, un projet et une stratégie pour que l'alternance ne soit pas un simple discours mais une réalité. C'est vrai pour les Régionales de 2015 et plus fondamentalement pour les Présidentielles de 2017. #Élections