Mais que font donc les Français ? C'est une question que l'on se pose régulièrement, de ce côté ici de la frontière. Le bon peuple belge a toujours su reconnaître les valeurs fondamentales et universelles de la France: une liberté sans limites, un esprit de solidarité et une culture inégalable. Mais voilà, en 2015, les temps ont changé. Désormais, les Belges ont un regard bien différent sur leurs voisins du sud. « Un pays d'arriérés », « Les Français retournent au Moyen Âge », entend-on régulièrement ici.

De mon point de vue de Belge, et je le précise, de mon point de vue très personnel qui ne représente pas non plus l'entièreté des citoyens de notre petit pays et qui ne se veut absolument pas xénophobe envers vous, Français, ces questions peuvent effectivement se poser. C'est avec effroi que j'ai regardé aux infos ces millions de manifestants descendre dans la rue il y a un an, se mobilisant pour contrer la liberté et le droit au bonheur des homosexuels.

C'est avec consternation que l'on voit arriver en Belgique des malades, venus chercher une fin de vie digne de ce nom en se faisant euthanasier chez nous ou en Suisse, faute de pouvoir le faire chez eux, auprès de leurs proches. Et c'est avec encore plus d'incompréhension que l'on observe la riposte de ce si grand pays après les attentats qui l'ont frappé en son sein. Plutôt que de sauvegarder la liberté de ses citoyens, cible privilégiée des terroristes et valeur ardemment défendue par 4 millions de personnes lors de la marche citoyenne du 11 janvier dernier, l'Etat s'apprête à la réduire encore davantage.

Plutôt que d'investir dans les moyens qui sont déjà présents dans la lutte contre le terrorisme (l'armée, la prévention, l'éducation), ces chers politiciens ont décidé de mettre sur écoute 24h/24 leurs citoyens. Monsieur et Madame Tout-le-monde seront désormais espionnés, qu'ils soient blancs comme neige, légèrement révolutionnaires ou carrément dangereux. Tous seront mis dans le même sac. Il est impensable que ce genre de chose arrive ici en Belgique. Il y a peu de temps, vous auriez pu dire la même chose...