La dramaturgie au sommet du #Front National entre Jean Marie le Pen, fondateur du mouvement, et sa fille #Marine Le Pen, présidente actuelle du FN, met en scène les turpitudes de fonctionnement au sein de ce parti.

Le père comme la fille ont toujours critiqué le fonctionnement de l'UMP et du PS allant jusqu'à qualifier ces deux partis d'un acronyme superbe : l'UMPS. Le Front national a toujours voulu apparaitre comme un parti antisystème alors que paradoxalement le Front national fait maintenant partie du système.

Le Front national est comme les autres partis traversé par des querelles d'égos, de positionnements et des questions de financement illicites qui entourent ce parti, comme c'est le cas pour d'autres.

Publicité
Publicité

La dispute entre le père et sa fille tient à deux éléments importants :

  • Le père souhaite sa liberté de ton et de parole en continuant à déverser des tombereaux d'insultes sur ce qu'il considère comme inadapté à la bonne marche de la société française (les immigrés, le mondialisme, etc.). En tant que Président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen estime être dans son bon droit, de celui capable de tout dire sans contrainte et sans émotion, ce qui n'a pas l'air de plaire à sa fille qui lui reproche de ne pas tenir suffisamment son rang de Président d'honneur du mouvement.
  • Marine Le Pen a une stratégie de conquête du pouvoir qu'elle expérimente élection après élection, alors que pour Jean Marie Le Pen la stature de protestataire du mouvement est amplement suffisante. La présidente du Font national est entourée d'une équipe de quadras qui souhaite donner une image polie, studieuse, militante et citoyenne afin de dédiaboliser le Front national. L'équipe qui soutient Marine Le Pen espère un jour arriver aux affaires. Elle s'y prépare. Les sorties intempestives et incontrôlées de Jean Marie le Pen posent problème. Pour Marine Le Pen, il va falloir régler un double problème : comment continuer à assumer son mandat de président du Front national tout en demeurant la fille de son père. La présidente a déjà demandé au bureau politique de convoquer le Président d'honneur pour explication. Le bureau exécutif prendra-t-il la décision légère d'une suspension ou la décision définitive d'une exclusion ? Jean Marie Le Pen a prévenu : si sa fille veut sa mort politique, qu'elle ne compte pas sur lui pour une collaboration éventuelle.

La bagarre s'annonce brutale, rude.

Publicité

Restons au balcon pour voir comment cette histoire tragicomique d'une saga familiale va se terminer. Y aura-t-il un vainqueur ou deux perdants ? La fille et le père se suicideraient politiquement pour le bonheur de la droite conservatrice, c'est-à-dire de l'UMP de Nicolas Sarkozy qui serait tout heureux de pouvoir récupérer les électeurs de droite qui se sont égarés à l'extrême droite.