L'hostilité vis à vis des Chrétiens en France n'a jamais été aussi importante que depuis l'élection de François Hollande.

L'ensemble de la classe politique a condamné la décision de la RATP qui, se basant sur le principe de laïcité, avait fait retirer la mention "au bénéfice des chrétiens d'Orient" de l'affiche annonçant le concert du groupe Les Prêtres. Ayant appliqué cette règle d'une manière fallacieuse et totalement dévoyée, la régie parisienne a dû revenir sur sa décision.

Les médias s'y mettent aussi

Dernièrement, Marion Ruggiéri, animatrice sur Europe 1 avait déclaré que "la lapidation, vieille tradition chrétienne avait été inventée par les chrétiens". Cette assertion fait preuve d'un manque de culture effarant pour une journaliste. Ceci-dit, elle est loin d'être la seule dans ce cas. Je ne lui jetterai donc pas la première pierre!

Les médias vont jusqu'à s'autocensurer. En effet, BFMTV avait publié il y a quelques semaines, les chiffres de profanations de cimetières en 2014. On pouvait constater que 206 cimetières chrétiens avaient fait l'objet de profanations, contre 6 cimetières juifs et 4 musulmans. Seulement, cette disparité a apparemment gêné nos chers journalistes. Quelques heures plus tard, les cimetières chrétiens se sont miraculeusement transformés en cimetières municipaux!

Les profanations d'églises de la part des Femen n'ont pas l'air non plus d'offusquer la classe politique. Ces jeunes femmes sont même considérées par certains comme étant le parangon d'un nouveau féminisme.

On se souvient également qu'à l'époque des manifestations organisées contre "le mariage pour tous", les manifestants ont souvent été catalogués comme étant des catholiques intégristes et dangereux. Caroline Fourest ne boude pas par ailleurs son plaisir, en assimilant systématiquement les catholiques traditionalistes à des islamistes radicaux.

On est ici bien loin du slogan "pas d'amalgame", leitmotiv du rassemblement du 11 janvier suite aux attentats meurtriers de Paris.

Charb lui-même, avant d'en être victime, considérait que le plus grand danger en France provenait des intégristes catholiques et non des islamistes. Les attentats de janvier lui ont hélas donné tort...

Une Europe aux racines chrétiennes quoi qu'on en dise

La problématique n'est pas purement française. L'Union Européenne refuse en effet de reconnaître les racines chrétiennes de l'Europe. Or y a-t-il un meilleur ciment culturel que le christianisme millénaire des différents États européens?

A quoi bon se rassembler sans socle culturel commun? Pourquoi limiter alors l'UE aux seuls États Européens?

La géographie n'est pas suffisante. Il faut bien entendu se rappeler que notre continent a une culture centrée sur le christianisme, qui a forgé l'#Histoire, les mentalités, le droit et les arts européens.

Une laïcité dévoyée

Au fur et à mesure, les tenants d'une laïcité extrême en sont venus à se revendiquer d'un antichristianisme primaire impliquant nécessairement la destruction de toute trace de l'histoire catholique en France.

"Du passé faisons table rase" chantaient les communistes. Le message a à l'évidence été parfaitement reçu. Pourtant, la laïcité n'est pas censée s'opposer aux religions mais permettre le libre exercice des cultes, quel qu'ils soient ainsi que la séparation entre l'Etat et toute forme de religion.

N'en déplaise à Vincent Peillon, la laïcité n'est pas une religion. Ce serait une ineptie: le sécularisme ne peut être une religion car il se contredirait lui-même en permettant l'existence d'une religion reconnue par la République. Notre histoire n'est pas une tare mais une richesse. La connaître c'est la garantie de mieux appréhender le présent et l'avenir. Il en va ainsi pour l'histoire des religions.

ADV