L'actualité en regorge, des pédophiles il y en a partout et pour tous les goûts. Non, mais franchement ? À en croire toutes ces informations qui circulent sur le web depuis quelques mois, on en croirait presque que ces hommes ont un réel besoin de faire parler d'eux.

Faut-il vraiment tout voir pour y croire ?

Je suis indignée en lisant un article paru aujourd'hui sur Métro News et indiquant qu'une fillette de 12 ans subissait les attouchements sexuels de la part de son beau-père. Le plus étonnant c'est que sa mère ne la croyait pas. Mais enfin, je veux bien qu'on raconte des bêtises pour se débarrasser de son beau-père qu'on peut juger trop envahissant. Mais tout de même. En tant que parents, ne devriez-vous pas vous sentir coupable de ne pas croire vos enfants ? Même s'il y a un mensonge dans les parages. Dans ce cas précis, il s'est avéré que la préadolescente a eu la jugeote de piéger son agresseur en l'enregistrant avec le dictaphone de son smartphone. Faut-il vraiment tout voir pour y croire ?

Plus impressionnant encore, j'ai pu lire il y a quelques semaines sur 20 minutes qu'un jeune garçon de 19 ans avait touché une enfant de quatre ans. Et encore une fois, ce qui me choque davantage ce n'est pas tant qu'il l'a touchée - bien sûr que c'est choquant -, mais plutôt l'excuse qu'il va donner au policier. Oui, la petite fille en "pinçait" pour lui, de plus, ce n'est pas vraiment sa faute, elle aurait pris sa main et l'aurait forcé à la toucher. C'est la société actuelle qui fait que de plus en plus d'êtres humains deviennent fous ?

Comprendre le concept de l'amour

D'où provient cette excitation perpétuelle de faire du mal aux gens, de les blesser et surtout les atteindre psychologiquement ? Ça me rappelle cette histoire entre une professeure et son élève. Ils sont tombés "amoureux". Déjà que c'est difficile de comprendre le concept de l'amour, mais alors là, ils ont fait fort ! Et pourtant ils sont encore ensemble et ont deux enfants malgré la peine d'emprisonnement de cette dame. Je ne veux pas m'attarder sur chaque histoire il y en a tellement qu'on n'en finirait pas.

Pour ne pas m'arrêter juste au jugement, j'ai également fait des recherches sur cette obsession qu'ont les pédophiles à en rester là. Ce que j'ai pu trouver m'a d'autant plus erronée que ces personnes sont déséquilibrées mentalement et que pour s'en sortir, ils doivent avoir un suivi psychologique quotidien et être surveillé en permanence. Comment pouvons-nous tolérer une telle irresponsabilité ?

Une étude américaine aurait révélé que 1 % des hommes sont des pédophiles, ce qui semble déjà être un chiffre plus gros que ce qu'il y paraît. Mais, les agresseurs ne constitueraient qu'une petite partie de ce "1 %". Au vu de la nouvelle tendance du "pédophilisme" comme je l'appellerais, les chiffres en 2014 et 2015 devraient être revus à la hausse selon moi.

"L'abus sexuel je le fantasme, mais ne le pratique pas"  

Pouvons-nous lutter contre cette indéniable envie d'être pédophiles ? Ou bien ce n'est qu'une maladie qui ne dispose pas encore de vaccin et qui est incurable ? Je n'ai malheureusement pas la réponse. Il s'agit d'une situation "difficile" et "frustrante" selon Adam, jeune pédophile non-agresseur de 20 ans qui s'est confiés à Rue89. Il a également affirmé "l'abus sexuel je le fantasme, mais ne le pratique pas". Doit-on alors se méfier de tout le monde ? Être en crainte perpétuelle pour nos enfants en bas âge ? C'est aux parents de songer à répondre à cette question. En attendant, je m'en remets à la justice. Il serait judicieux de mettre en place des sanctions exemplaires qui auraient beaucoup plus d'impact et pourraient éventuellement dissuader la plupart de ces "pédophiles-agresseurs" de passer à l'acte, mais aussi, de leur faire comprendre que ce n'est pas un comportement digne d'un être humain. #Loi #Fait divers