Jeudi 21 mai 2015, les militants socialistes ont été appelés à voter pour présélectionner deux motions (sur les quatre motions présentées) qui devront se départager lors d'un prochain vote se déroulant le 28 mai et qui servira également à désigner le futur premier secrétaire du parti.

Jusque là, rien d'anormal sauf.....

Sauf que le nombre de militants à jour de leur cotisation s'élève à 130 000, en baisse de plus de 40 000 par rapport au précédent congrès.

Sauf que le nombre de votes devrait atteindre 50% des inscrits, soit un nombre ridicule de 65 000 voix exprimées.

Sauf que ce nombre de 65 000 est à partager entre 4 listes.

Sauf que la liste qui arrivera en tête obtiendra 40 000 voix dans le meilleur des cas.

Quand on sait que le parti socialiste est un des trois partis politiques les plus importants de l'Hexagone et que l'ensemble des partis politiques détient le monopole pour présenter des candidats présélectionnés lors des échéances électorales, on s'aperçoit que les partis politiques ne représentent qu'un infime pourcentage des citoyens : tout au plus 2% !

Et si l'on évoque le taux d'abstentions grandissant lors des scrutins nationaux ou locaux, on ne peut que constater la non-représentativité des élus.

Cette non-représentativité apparaît très clairement dans la composition de l'assemblée nationale au sein de laquelle moins de 2% des députés représentent 50% des employés et ouvriers alors que dans le sens inverse les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent 82 % de l’ensemble.

Les élus émanant des partis politiques continuent donc à s'accrocher à leurs privilèges monstrueux (retraites, dépenses non contrôlées, cumul de mandats, embauches familiales, corruptions...) et sont donc aux antipodes des intérêts de leurs électeurs et non-électeurs.

Des solutions alternatives existent parmi lesquelles « le tirage au sort » précédé d'une assemblée constituante chargée d'écrire une nouvelle constitution démocratique en remplacement du système oligarchique actuel.

En attendant ce jour béni, je propose le recyclage et le réaménagement des cabines téléphoniques qui pourraient servir de lieux de réunions pour les partis politiques. #Paris politique