Un constat sévère

L'association SOS #Homophobie a publié ce mardi son rapport annuel sur la situation des homosexuels en France. Au premier regard, la tendance montre une baisse des signalements d'agression de 38% en 2014 par rapport à 2013, année des débats à propos de l'ouverture de l'institution du mariage aux couples de même sexe.

L'association mentionne quand même une augmentation des chiffres en comparaison à 2011, mais ne donne pas de chiffres précis.

Actuellement en France, un homosexuel est agressé tous les deux jours. Dans un pays qui a reconnu les unions de même sexe, où il existe une législation visant à réprimer les propos homophobes, le constat est cinglant.

Le rapport mentionne le témoignage d'adolescents victimes de cette homophobie. Les paroles comme « casse-toi PD », ou encore « Sale tapette » sont encore légion en France. Ces manifestations de haines s'expriment dans la vie quotidienne, à l'école, ou sur le lieu de travail, mais aussi sur les réseaux sociaux où la parole homophobe s'est libérée.

Les homosexuels doivent continuer le combat

Il n'est toujours pas facile de se déclarer homosexuels en France sans une certaine appréhension des conséquences de ce coming-out. Le vrai scandale est là. Les gays et lesbiennes ne devraient pas craindre de vivre leur vie. Cette lutte contre l'homophobie passe par plus de visibilité des personnes, des couples, et des familles homosexuelles. Au fur et à mesure que les homos seront visibles, la société s'apercevra que les homos ont les mêmes envies, les mêmes soucis que les hétérosexuels. Bien sûr, cette évolution ne sera pas immédiate, « Rome ne n'est pas construite en un jour » dit-on couramment.

Des associations existent

Un(e) jeune adolescent(e) qui se découvre homosexuel(le) se retrouve souvent seul face à lui/elle-même. Bien souvent, il/elle ne peut pas compter sur le cadre familial. Dans bien des cas, les parents ne savent pas comment réagir face à cette interrogation. Des associations comme « Contact » ou « Le Refuge » existent pour accompagner enfants et parents, et entamer un dialogue. Aujourd'hui, trop d'enfants sont jetés en dehors du domicile familial en raison de leur orientation sexuelle. Aucun milieu n'est épargné. Pour éviter que des vies soient détruites, que des familles soient brisées, le combat contre les discriminations ne doit pas cesser.Même s'il existe désormais une égalité juridique entre homos et hétéros, le combat ne sera gagné que lorsqu'être homo sera tout aussi facile que d'être hétéro. #Homosexualité