Un problème identitaire touche nos jeunes, et plus particulièrement les adolescents français de confession musulmane. Ainsi, une partie de cette génération ne se reconnait pas dans la République actuelle, et se sent abandonnée par la nation.

Alors que leurs grands-parents s'étaient bien intégrés dans une société plus conservatrice, leurs parents avaient manifesté en 1983 à l'occasion de la « marche des beurs » afin de vivre dignement en France, tout en s'appuyant sur les valeurs de la République.

Mais cette génération est différente des précédentes. Une partie d'entre eux ne cherche plus à s'intégrer car ils estiment que la société les exclut. Dès lors, ils cherchent à adopter des comportements soit-disant musulmans en opposition avec la société qui les entoure.

Les salafistes l'ont bien compris

Les grands courants de réislamisation du monde ont bien compris cette détresse d'une partie de la jeunesse occidentale et cherchent à l'exploiter. Pour cela, ils disposent de moyens financiers conséquents et n'hésitent pas à envoyer une partie de leurs imams prêcher en France.

En effet, les Frères Musulmans (Egypte) et les mouvements wahhabites (Arabie Saoudite) disposent de nombreux leviers d'endoctrinements sur nos jeunes séduits par la promesse d'un #Islam des premiers temps.

Cependant, ces discours d'un autre temps ne seraient pas aussi fertiles si la misère ne s'était pas emparée de ces adolescents. Ainsi, le taux de chômage de ces zones délaissées avoisine souvent les 20%, les décrochages scolaires et jeunes sans diplôme sont légion, et il faut bien souvent quitter la cité pour avoir de meilleures perspectives d'avenir.

La société doit réagir

La France ne peut laisser tomber ces jeunes radicalisés. Parmi nous, une mère en particulier porte ce combat contre la radicalisation. Il s'agit de « Latifa Ibn Ziaten » dont le fils fut lâchement assassiné par Mohammed Merah.

Depuis la disparition de son enfants, elle parcourt les cités, va à la rencontre des jeunes des quartiers défavorisés, et réponds aux questions des parents qui ne savent plus comment agir face à leur enfant.

Nous ne pouvons que nous incliner devant cette démarche forte et courageuse. Un grand bravo à cette mère de famille qui se bat au nom d'un Islam Républicain, et pour l'attachement de ces jeunes à la France.