La récente diffusion d'une vidéo de Vincent Lambert - tétraplégique dans état végétatif depuis sept ans à la suite d'un accident de la route - qui a été tournée dans sa chambre du CHU de Reims par un de ses amis d'enfance et membre de son comité de soutien suscite de très vives polémiques auprès de l'opinion publique et même au sein de la classe politique.

Vincent Lambert respire sans assistance

Certaines personnes dénoncent une « manipulation intellectuelle » ou encore une « manipulation politico-religieuse » orchestrée par des catholiques intégristes « pro-vie. » L'auteur de la vidéo controversée, Emmanuel Guépin, considère qu'elle a été faite « en faveur de Vincent » pour montrer que « Vincent n'est pas le légume en fin de vie qu'on veut nous faire croire. »

Comme plus de 460 000 personnes en moins de 48 heures, j'ai regardé cette vidéo dans son intégralité. La version où le visage de Vincent n'est pas flouté. Et je dois avouer que j'ai été très surpris et bouleversé par ce que j'ai vu.

Je pensais que Vincent Lambert - dont la CEDH (Cour européenne des droits de l'homme) a décidé l'arrêt des soins le 5 juin dernier - avait besoin d'un lourd appareillage médical pour être maintenu en vie. J'ai constaté, à ma grande surprise que ce n'était pas du tout le cas. Ses paupières bougent et il respire sans assistance. Il n'est peut-être pas conscient mais c'est un être humain qui est en vie et non pas un moribond, comme je l'ai cru pendant très longtemps.

Le laisser mourir de faim et de soif

L'arrêt des soins, s'il a lieu un jour, se traduira par l'arrêt de l'hydratation et de l'alimentation artificielles. Le décès interviendra dans les jours qui suivent. En fait, ce que les médecins envisagent c'est de le laisser mourir de faim et de soif. Il faut appeler un chat un chat. C'est une perspective qui me fait froid dans le dos.

J'ai appris récemment que Vincent Lambert a déjà survécu 31 jours à une première procédure d'arrêt de soins qui ne concernait que l'alimentation, en avril 2013. Son hydratation avait été maintenue. Les médecins affirment qu'il ne souffrira pas en cas d'arrêt total des soins. Comment peuvent-ils le savoir ?

Je ne suis pas médecin mais juste un être humain qui a été confronté à des situations où des membres de sa famille ou des proches étaient en fin de vie. Des moments particulièrement douloureux dont je ne suis pas sorti indemne psychologiquement.

Vincent Lambert n'est pas un malade en phase terminale

Je ne vais pas tourner des heures autour du pot : Vincent Lambert n'est pas un malade en phase terminale. C'est une personne lourdement handicapée dans état végétatif. Il y a environ 1 500 autres patients dans son cas en France.

J'ai lu des commentaires désobligeants sur les parents et les proches de Vincent Lambert qui souhaitent le maintenir en vie. On parle souvent d'eux comme des « catholiques intégristes égoïstes » et certains évoquent même le coût de son maintien en vie pour la collectivité et souhaitent même que la prise en charge financière leur soit facturée intégralement. Je trouve ces propos indignes et d'une rare bassesse. Et que doit-on faire des 1 500 personnes qui sont dans le même cas que Vincent Lambert ? Il faut aussi cesser de les alimenter et de les hydrater pour les mener vers une lente agonie ?

La médecine fait de nombreux progrès

Je suis pas un catholique intégriste. J'ai même lutté contre eux lors des débats autour du mariage pour tous. Je ne suis pas totalement opposé à une loi qui permettrait une fin de vie digne - comme c'est le cas en Belgique - qui éviterait toute souffrance inutile à un patient en phase terminale. Et uniquement dans ce cas.

La #Médecine fait de nombreux progrès, dans tous les domaines. Qui peut dire que les malades dans un état végétatif ne puissent pas en bénéficier un jour ? Personne. #Justice