À l'heure actuelle, malheureusement, encore trop d'enfants sont victimes de maltraitance. Celle-ci n'est d'ailleurs pas toujours visible, mais pourtant bien présente... 

Qui sont ces enfants?

Nous les croisons tous les jours, sans vraiment faire attention à eux. Nous leur adressons un sourire ou un signe de la main et même parfois un petit mot gentil. Mais pas une fois nous ne pourrions nous douter que ces enfants souffrent.

Il s'agit du fils de votre voisin, de la fille de votre médecin, des enfants de l'infirmière de l'école. Parfois c'est aussi votre nièce, votre cousine ou encore votre petit-fils. Et vous ne remarquez toujours rien... La violence infantile se glisse dans tous les milieux. Pauvres, modestes, ou riches, les enfants ne sont pas à l'abri de vivre dans la peur.

Pourquoi ne remarquons-nous rien?

Nous ne voyons rien parce que nous ne voulons rien voir. Lorsque nous voyons cette maman envoyer violemment sa main sur la figure de sa fille de 5 ans parce qu'elle est tombée alors qu'elle courait auprès d'elle, nous sommes toujours surpris et rarement contents de voir une telle scène, mais nous ne réagissons pas. On se dit que ce n'est pas de notre ressort. Que cela ne nous regarde pas.

Mais essayez maintenant de penser à cette enfant. À cette petite fille qui courait parce que sa mère a de grandes jambes et qu'elle voulait tout simplement la rattraper, pour aller au même rythme qu'elle. Pensez à cette enfant qui se sent en pleine injustice face à un adulte et qu'un autre qui en est témoin ne dit absolument rien. Maintenant imaginez pire. Lorsque cette petite fille de 5 ans rentrera à la maison ce soir, sa maman qui ne va pas très bien dans sa tête prendra comme excuse que sa fille de 5 ans a mal rangé sa chambre pour la gifler si violemment que la petite en tombera au sol. Et qu'au moment où elle chutera, sa mère lui donnera peut-être des coup de pieds avant de l'envoyer au lit, faisant ensuite comme s'il ne s'était rien passé le lendemain matin.

Je peux aussi vous parler de ce petit garçon de 7 mois que sa mamie récupérait avec les traces de main de sa mère sur son petit corps, tellement elle le frappait fort. La raison? On ne sait pas. Ce bébé âgé de 7 mois devait certainement avoir fait "quelque chose de très méchant à sa maman". Ou il pleurait, tout simplement. Et c'est bien plus facile de taper un enfant que de le consoler. Mais mamie n'a rien dit. Parce que c'est sa fille et qu'elle ne peut pas croire une chose pareille.

Est-ce vraiment de la maltraitance?

Retirez une tétine à un bébé qui pleure parce qu'on trouve que ce n'est pas hygiénique, c'est de la maltraitance. Frapper sa fille de 5 ans avec une poupée robotisée de plus d'un kilo parce que sa maîtresse à dit qu'elle bavardait en classe, c'est de la maltraitance. Marteler de coups de pieds son enfant de 13 ans allongé sur le sol parce qu'il a eu 11 sur 20 de moyenne en mathématiques, c'est de la maltraitance. Pousser son adolescente de 16 ans dans les escaliers menant à la cave parce qu'elle veut faire ses révisions et non faire le repas du midi de la famille, c'est de la maltraitance. Frapper un enfant c'est de la maltraitance.

Nous n'avons pas besoin d'user de la force ou encore d'hurler sur nos enfants pour nous faire comprendre ou respecter. Les enfants marchent à l'amour et à la confiance.

Alors aidez ces enfants à s'en sortir. Humiliez ces parents qui se permettent de gérer leurs enfants comme un sergent gère ses soldats en tant de guerre. Arrêtez de vous détourner de ce que vous voyez et permettez vous de prendre la défense des enfants. Même devant leur parents. #Jeunesse #Enfance