Depuis quelques jours, l'actualité nationale est dominée par la thématique du harcèlement sexuel exercé sur les #Femmes en milieu politique. Il est temps de rappeler que le comportement du harceleur sexuel n'est pas anodin, au contraire. De par son caractère totalitaire, le harcèlement sexuel est un vrai danger pour la démocratie, tant il est attentatoire aux droits et libertés individuels. Par ailleurs, cette pratique rétrograde à l'égard des femmes, qui serait prépondérante dans la classe politique d'après des témoignages divulgués dans la presse, n'est pas sans rappeler le sort des femmes sous l'Ancien Régime et au 19ème siècle en ce qui concerne l'exercice du pouvoir politique.

 

Les femmes et le pouvoir sous l'Ancien Régime

 

Inspiré par un article de la Loi Salique, Philippe V Le Long et l'assemblée qu'il a réuni le 02 Février 1317 prirent un décret historique : "Femme ne succède pas au Roi de France." De là, naît la Maxime : "Le Royaume de France ne saurait tomber en quenouille." Ce principe sera consacré par les Lois Fondamentales de juillet 1714 qui fixent les règles de la dévolution de la Couronne dans le Royaume de France parmi lesquelles la Primogéniture masculine, qui traduit l'exclusion des femmes. Même la Révolution Française ne changera rien au statut des femmes dans le domaine de l'exercice du pouvoir politique. Le 19ème siècle le montrera bien.

 

Les citoyennes passives du 19ème siècle

 

Siècle pourtant donné pour être celui du progrès, jamais siècle n'aura été autant hostile à la femme que le 19ème siècle. Siècle de la morale bourgeoise et de l'emprise religieuse, les femmes n'ont acquis aucune liberté à cette époque. Elles ne pouvaient ni travailler à leur compte, ni ouvrir un compte bancaire à leur nom. Privées de droits civiques, les fonctions politiques leur étaient interdites car elles n'étaient ni éligibles, ni électrices. Même le suffrage dit universel, de 1848, ne concernait que les hommes. Il aura fallu attendre le 20ème siècle, pour que les femmes commencent à exercer des fonctions politiques avec leur droit de vote en 1945.

 

Suite à ce rappel historique, on peut déduire que le harcèlement sexuel exercé sur les femmes en milieu politique n'est pas un fait banal. Au contraire, ce fléau laisse planer des doutes, et suscite des interrogations sur les intentions réelles des auteurs : voudraient-ils, à force de harcèlement sexuel, pousser les femmes à bout de souffle ; pour les décourager de faire la politique, les excluant de facto du milieu politique ; comme par le passé ? Le harcèlement sexuel des femmes en milieu politique signerait-il le retour des vieux démons ? Un livre à paraître bientôt nous donnera la réponse. #Paris politique