Élaborons ensemble le bien-fondé de cette perception. Faut-il avoir aucun doute, aucun questionnement pour avoir droit au bonheur ? En fin de compte, cette question est mal posée, cela devrait être dit comme ceci : qu'est-ce qui empêche l'être d'avoir accès au bonheur, qui favorise le bonheur pour ainsi le vivre en permanence, qui fait obstacle au vrai bonheur ? Pour certains le bonheur n'a pas la même connotation, plusieurs le vivent, pourtant ce n'est pas des gens riches et il y a ceux qui cherchent, malgré leur grande richesse matérielle, ils ont un bonheur artificiel, qui est de courte durée, ils ont misé sur des valeurs superficielles.

 

Les doutes apportent ce questionnement, à savoir si cela entraîne des obstacles au bonheur. Il est sain de se positionner et d'avoir des doutes sur son propre bonheur, à comprendre cette relation que nous avons envers cette réalité, ce monde qui compose notre univers intérieur et extérieur. Il est certain que lorsqu'on le vit, il n'y a plus de doute, de questionnement, nous nageons dans le bonheur de cet instant présent. Est-ce que cela va perdurer ?

 

Cela soulève bien des questionnements, à savoir et à connaître les fondations de ce grand bonheur, repose-t-il sur une personne ou sur plusieurs, sur les croyances, ou sur le regard que nous avons face à ce monde, qui compose notre univers extérieur, tout en le vivant de l'intérieur ? Il est avant tout une prise de conscience, un état dans lequel nous sommes dans un bonheur constant, rien ne peut l'altérer, ni le doute, ni les questionnements. Tout être est à la recherche de ce grand bonheur, car la plupart ont des attentes qui ne sont pas comblées, ils ne le vivent pas, car ils cherchent à combler leurs attentes, cherchant quelqu'un ou plusieurs personnes pour combler ce manque d'amour.

 

Dans la foulée, plusieurs vous diront que le doute et les questionnements font obstacle au bonheur car pour eux selon leurs propres définitions, il devrait y avoir aucun obstacle. C'est suivre aveuglement une croyance, ou une idée préconçue du bonheur, se limitant à leur propre perception, en comblant leurs attentes, c'est ce qui leur procure ce bonheur. Bonheur éphémère, qui est basé sur des croyances, des perceptions, tant que l'être croit que ses attentes sont comblées, il vit ce grand bonheur et à la fois, il vit une grande déception quand ses attentes ne sont pas comblées. Peut-on parler du vrai bonheur ?

 

Beaucoup de perceptions, de croyances à savoir ce qu'est le vrai bonheur. Chacun a sa propre définition de ce qui procure un tel bonheur. Le plus grand bonheur, c'est quand l'être comble toutes ses attentes, il en est l'artisan, il n'attend après personne, car lui seul sait comment y parvenir. Il se donne toute l'attention, il s'aime, ne donnant aucune importance à ce que les autres pensent de lui, ne s'arrête pas sur les ouï dire, commentaires, il connaît sa valeur, il n'a plus de doute, ni de questionnement, il a su le trouver en son cœur, il en est l'exemple. Il a choisi de se le donner, en acceptant que chacun ait sa propre définition. Son bonheur, c'est aimer tout comme lui-même.

 

Chacun a sa propre définition, le doute, le questionnement ne font que dévoiler que l'être n'est pas dans un bonheur constant, ses attentes ne sont pas comblées. Voilà pourquoi il se pose tant de questions, qui remettent en cause les fondations de son bonheur. Celui qui n'a plus de doutes, de questionnements, a accès au vrai bonheur. Le bonheur, c'est avant tout de s'aimer d'un amour inconditionnel, suivre son cœur à vivre cet instant présent, savourant cette pure relation qu'il a envers la vie et toute sa diversité. C'est par le regard en la vie, il se procure ce grand bonheur, car il ne la juge plus, comme un enfant, à s'émerveiller pour vivre le plus grand bonheur, celui de l'instant présent.

 

Le transfert dans la relation éducation

Réveillez-vous, soyez vous-même ! #Femmes #Education #Lecture