En Afrique, au sud du Sahara, avec des fléaux comme l'analphabétisme, les taux élevés de mortalités maternelle et infantile, la pauvreté, les trafics humains, les trafics de stupéfiants, le proxénétisme aggravé, etc..., on pensait que les femmes et hommes politiques avaient assez de sujets constitutifs, de variables d'ajustement pour construire leurs projets de gouvernement. Que non !

 

En effet, tous ces sujets préoccupants sont occultés et délaissés par les politiques qui leur préfèrent la seule variable d'ajustement trop facile pour être crédible, à savoir l'origine ethnique et la nationalité des candidats. Or, le seul mérite de cet argument ethnico-tribal est d'être un sujet explosif et potentiellement dangereux.

Publicité
Publicité

Il suffit de constater les ravages de cet argument sur le continent.

 

Malgré tout, les femmes et hommes politiques africains apprécient utiliser l'argument ethnico-tribal contre leurs adversaires politiques, car cet argument leur permet de "diviser pour mieux régner". Ainsi, dès lors qu'on veut stigmatiser un candidat à l'élection présidentielle, on commence par mettre sa nationalité et ses origines en doute. Considérant l'inculture et l'analphabétisme structurels des citoyens et de la classe politique elle-même, l'argument ethnico-tribal prospère. Il est à l'origine de plusieurs guerres civiles dans de nombreux pays africains. Le moment est sans doute venu de faire un peu d'histoire pour espérer sauver ce continent qui n'a que trop souffert de l'irresponsabilité de ses filles et fils.

 

Un Allemand, roi de Grande Bretagne et D'Irlande

 

Petite question de connaissance générale aux Africains : quelle est l'origine de la fonction de Premier Ministre ?

Réponse : George Ier, de son nom Georg Ludwig, d'origine Allemande, né le 28 Pai 1660 à Hanovre (actuellement en Allemagne) et mort le 11 Juin 1727 a été Roi de Grande-Bretagne et d'Irlande du 1er Août 1714 jusqu'à sa mort.

Publicité

Vu qu'il ne parlait que l'allemand et ne comprenait pas la langue anglaise, il lui fallait un interprète, d'une part entre son gouvernement et lui, et d'autre part entre le peuple anglais et lui. C'est le poste de cet interprète qui est devenu celui de Premier Ministre que nous connaissons aujourd'hui.

 

Un Japonais, président du Pérou

 

Plus près de chez nous : Alberto Kenya Fujimori (né le 28 Juillet 1938 à Lima, Pérou), homme politique péruvien et président de la République du 28 Juillet 1990 au 22 Novembre 2000 est Japonais d'origine. Sa fille Keiko Sofía Fujimori Higuchi est en tête du premier tour de la présidentielle tenue en Avril dernier, et sera peut-être la prochaine présidente du Pérou en Juin prochain.

 

Questions : que feraient les Africains à la place des Anglais gouvernés par un Allemand au 18ème siècle, des Péruviens avec un président Japonais d'origine, et une future présidente elle aussi d'origine Japonaise ?

 

L'incompétence et le manque de projet politique caractérisés

 

Ailleurs, les peuples luttent et meurent pour les idéaux de #Démocratie, de justice, de paix, d'égalité, de liberté, de bonheur, de réussite, de prospérité, de progrès... En #Afrique, on lutte et on meurt pour les causes infernales de tribalisme, d'ethnisme, de fanatismes et d'intégrismes religieux, de haine de l'autre, d'archaïsmes, bref, pour des causes de reculs et de régression sociale.

Publicité

Mais que cache vraiment cette préférence de l'argument ethnico-tribal ? A vrai dire, les critères d'éligibilité exclusifs, promus par la classe politique africaine, ne sont que symptomatiques de son incompétence à répondre aux aspirations du peuple, et de son manque de projet politique pour le peuple. Qu'à cela ne tienne, l'esprit chauvin croît. Et avec lui, le nombre de ses victimes. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Vraiment ?

  #Education