Après avoir vu un excellent documentaire sur France Gall et Michel Berger, je me suis pris une nouvelle crise de nostalgie 80's ! Et j'ai succombé, à nouveau, au charme du couple de chanteurs le plus célèbre de cette époque, déjà lointaine… Flash-back.

Rencontre musicale

Début Mars 1987. Mon cousin me téléphone pour m'annoncer que ma première émission de radio aura lieu… le lendemain ! Complètement pris au dépourvu, je programme l'album en concert "France Gall au Palais des Sports". Mort de trac, j'ose à peine présenter les chansons, parlant d'une voix blanche dans le micro ! Expérience inoubliable, qui marquera le début de mon émission de Chanson Française qui s'arrêtera, un an plus tard, avec la fermeture de la station… France Gall, c'est donc une longue histoire pour moi !

En 1987, j'étais fan de la chanteuse blonde, interprète de Michel Berger.

Publicité
Publicité

Mais je dois avouer que je connaissais très peu la carrière du compositeur. N'oublions pas qu'Internet n'existait pas encore et qu'il fallait chercher les infos dans les (rares) magazines spécialisés. Je connaissais, bien sûr, Véronique Sanson ! Que je programmais régulièrement dans mon émission, sans savoir que Michel Berger avait arrangé et produit son premier album "Amoureuse" en 1972. Et que le "Message Personnel" de Françoise Hardy était encore une chanson du compositeur ! Mais, bizarrement, je ne programmais pas souvent Michel Berger chanteur, sauf "Mademoiselle Chang".

Années 80

Dans les années 80, France Gall était programmée partout sur les radios FM, collectionnant les tubes : "Il jouait du piano debout", "#Musique", "Ella, elle l'a", et en tournée dans les plus grandes salles de concert, dont le Zénith de Paris.

Publicité

Ma génération, à peine sortie de l'adolescence, s'était souvent reconnue dans les textes de chansons de Michel Berger, surtout celles chantées par France Gall. Et particulièrement, dans la révolte d'un certain personnage de "Starmania" (1979), comédie musicale devenu Culte. La carrière de Daniel Balavoine allait décoller après ce spectacle. Et Michel Berger lui dédiera "La chanson d'Azima" après la disparition accidentelle du chanteur, en 1986. Aujourd'hui, quand je réécoute "Starmania", je suis partagé entre une image nostalgique, liée à des souvenirs de jeunesse, et une écoute beaucoup plus critique des textes et des arrangements musicaux, un peu datés (no comment).

Mais il restera, toujours, quelques chansons devenues, avec le temps, des Classiques. France Gall "Besoin d'amour", Daniel Balavoine "Le S.O.S d'un terrien en détresse" et "Le monde est stone" version Fabienne Thibeault. Chanson reprise plus tard, avec talent, par Cyndi Laupers dans "Tycoon", la version en Anglais de "Starmania".

Publicité

De la seconde version de "Starmania" (1988), je n'ai retenu que "La complainte de la serveuse automate" et "La Chanson de Ziggy", interprétées par Maurane. Désolé, mais je préfère définitivement la version originale ! Sans doute pour Balavoine…

Mai 2016. Je redeviens fan des chansons du duo Berger / Gall ! Mais depuis que j'ai vu des extraits du spectacle "Résiste" dans une émission de variétés, je me pose 2 questions (que seul voir le spectacle pourrait résoudre) :

  • des chanteurs-danseurs très jeunes peuvent-ils interpréter - sans les trahir ? - des chansons d'une autre génération, celles de leurs parents !?
  • faut-il regretter l'absence de France Gall la chanteuse, dans ce spectacle qu'elle a mis en scène !? A suivre…

Références :

- Documentaire France Gall et Michel Berger "Toi sinon personne".

- "Starmania" comédie musicale de M. Berger et Luc Plamondon (1978), Warner Music

- Coffret "France Gall, 5 albums originaux" sans livrets de textes de chansons (2014)

Peut-on parler de bonne ou mauvaise musique ?

"Avenue des Mystères" de John Irving #Chanson Francophone