Ne nous voilons pas la face : que l’on soit modèle ou photographe, on est sans cesse confrontés à des images peu glorieuses, dans lesquelles la plupart d’entre nous ne se retrouvent pas. En ces temps où le puritanisme se mêle à l’exhibition à outrance, où la vie privée et ses zones les plus intimes s’étalent sur les réseaux sociaux, où la laideur et la maladie sont devenus les nouveaux tabous, peut-on sincèrement être photographe amateur, vivre pleinement sa passion et le clamer au grand jour, sans se heurter à des propos véhéments ? Qui d’entre nous n’est jamais passé pour un être dénué de toute pudeur, qui n’a jamais essuyé les critiques de gens nourris de partis pris ?

 

Mon ami Bruno, photographe amateur passionné, a choisi l'anonymat, et son travail demeure presque secret. Je ne cesse de m'interroger sur les nombreux tabous qui entourent le monde de la photo, et c’est pour cela que c'est à lui à qui j'ai demandé de m’accorder une courte interview à ce sujet.

 

Penses-tu que certains photographes choisissent un pseudo par crainte du 'qu’en dira-t-on' 

Je pense qu’il y a plusieurs raisons pour choisir un pseudo et/ou l’anonymat, et je comprends la plupart des raisons. Qu’en dira-t-on : le "on" est important. C’est qui ? Les collègues, la famille, les voisins ? Personnellement, j’ai surtout choisi l’anonymat parce que je n’ai pas le besoin ni d’intérêt de partager mon travail avec tout le monde. Je partage mes résultats avec les gens que je connais et qui sont intéressés dans la photographie. Quand on me donne des commentaires, je sais que ces commentaires sont fondés, et ce que je peux améliorer par ces commentaires.

 

La photographie de modèles fait souvent fantasmer, dans le mauvais sens du terme. Nous passons pour des êtres futiles, aux mœurs légères, ayant la vie facile, et se remplissant les poches par des moyens totalement amoraux. Pourquoi tant de monde pense cela ?

Il y a deux éléments qui sont importants. D’abord l’ignorance. Des gens ne connaissent pas l’histoire de l’#Art. Depuis de millénaires, des artistes font des peintures et des statues de modèles. La photographie est juste une technique plus moderne, mais on reste dans la tradition. Deuxio, les gens ne savent pas faire la distinction entre une photo artistique et la pornographie

 

Selon toi, quelle est l’attitude à adopter si l’on veut vivre sa passion tout en se préservant des fâcheux ? 

Il faut se méfier des commentaires non fondés. Si quelqu’un a des commentaires, il faut ouvrir la discussion. Je pense que c’est seulement possible dans un face à face, pas par les réseaux sociaux, car là, c’est trop facile de se cacher après avoir insulté.

 

J’ai vu sur les réseaux sociaux des photos de chasse extrême ou encore prônant l'automutilation. N’est-ce pas plus obscène que la représentation de la courbe d’une hanche?

Je suis tout à fait d’accord. Le corps est beau, donc pourquoi ne pas mettre en valeur cette beauté ?

 

Enfin, que répondrais-tu à quelqu’un qui te dirait "Petit veinard ! T’en as de la chance de mater des femmes nues ? Ne dis pas que tu n’en as jamais profité…" ?  

C’est quelqu’un qui ne comprend pas comment se déroule une session de photos. Mon but est de rendre hommage au modèle en faisant quelques belles photos, rien de plus. Je vois une session comme une collaboration avec le modèle, une interaction de nos idées. Il y a plusieurs modèles avec lesquels j’ai déjà collaboré plusieurs fois. Les modèles ne sont pas imbéciles, ils ne retravailleront pas avec un pur voyeur.

 

Merci du temps que tu m’as accordé, en espérant que tes propos démystifient l’image négative de l’univers de la photo.

 

Interview de Serge, photographe amateur et amoureux de la vie

Ernest, notre grand ami Hemingway #Beauté