Il n'est pas bon d'être une femme européenne, relativement jeune, de corpulence assez frêle, et de passer sa vie à parcourir le monde. Jamais je n'aurais pensé que ce choix de vie puisse susciter tant de commentaires désobligeants, de questions aussi ennuyantes que répétitives, et encore moins de réactions agressives. Et pourtant... Je vous livre ici un florilège de toutes ces phrases auxquelles je n'ai pas voulu répondre avec ma morgue coutumière...

Publicité

 

-"Quoi ?!?! Tu n'as pas peur ?"

Ben non. De quoi aurais-je peur d'ailleurs ? Je ne me rends jamais dans des zones de guerre, déjà. Ensuite, je sais que l'inconnu et la différence de culture peut terrifier certains, mais personnellement, c'est un domaine dans lequel je me sens comme un poisson dans l'eau.

Publicité

Même si je n'avoue que sur le bout des lèvres que les deux émeutes que j'ai provoquées au sein de groupes de lycéens, l'une à Ajloun en Jordanie, la seconde à Agra en Inde, m'ont secouée comme un prunier, et que j'ai mis à chaque reprise une bonne demi-journée pour m'en remettre.

 

-"Tu oses partir toute seule ?"

J'aime la solitude mais quand je #Voyage, vu que je suis plus qu'extravertie et que j'ai le contact assez facile, je noue assez rapidement des liens amicaux. Bien sûr, il me faut parfois être très ferme, pour ne pas dire carrément offensive afin de préserver ma vertu, ou d'éviter de me faire voler mon sac ou mon matos photo... Mais flûte, on est au XXIème siècle, et je ne suis pas une de ces fines héroïnes des temps passés qu'un pet de coccinelle fait éternuer.

 

-"Oh, avec toutes ces maladies et ces attentats, ce n'est pas pour nous !".

Publicité

Justement, en parlant d'attentats, vous ne trouvez pas qu'on a eu notre dose, autant en Belgique qu'en France, durant les mois derniers ? Ce n'est pas pour autant que l'on vit dans des abris anti-atomiques ! Et côté hygiène, je peux jurer que Jérusalem, l'ensemble du Sri Lanka et la baie d'Hanoi sont si propres qu'on y mangerait à même le sol.

 

-"Avec ton mode de vie, tu ne trouveras jamais de mec !"

Ah là, on touche à ma vie privée, zone minée par excellence ! Que ce soit bien clair: qu'il y ait un Monsieur Vanos tapi dans l'ombre, que je sois l'impératrice de la polyandrie, ou que je vive comme une moniale, ma vie affective présente ne regarde personne... et elle convient parfaitement à ma vie d'éternelle baroudeuse.

 

-"Tu n'es jamais mal à l'aise ?"

Oui, c'est arrivé une fois, à Fuerteventura. J'avais fait l'erreur de poser mes valises dans un ClubHôtel et de rayonner à partir de là dans toute l'île. Entre les animateurs postpubères gueulant leurs annonces en six langues, les familles munies d'enfants glapissants, les cougars en chasse du premier canarien venu, et les alcoolos de tous âges et de tous pays, je me suis sentie comme un éléphant dans un placard.

Publicité

J'aurais bien préféré nager toute nue dans le fleuve Congo, au beau milieu des crocos.

 

-"Ca doit te coûter cher..."

Mais de quoi je me mêle ? Demandes-tu à ton dentiste si tes plombages ont payé sa bagnole, si ton notaire a une résidence secondaire, et si le salaire que tu files à ton plombier lui a permis de renouveler sa garde-robe ?

 

-"Mais tu es une femme !"

Sans blague. Ca fait plus de trente ans que j'ignorais ce scoop, merci de me l'apprendre.

 

Alors, la prochaine fois, quand je partirai ou reviendrai du Kekchosisthan, pour l'amour du ciel, demandez-moi juste si la météo était clémente et si j'y ai passé d'heureux moments !

 

Pour vivre heureux, vivons cachés !

La misère est bien plus douce au soleil

  #Femmes