Le but de l'égalité des genres poursuivi par l'idéologie féministe est une lutte qui demande des moyens. Cela va des moyens intellectuels, aux moyens économiques, jusqu'aux moyens financiers. Autrement dit, tant qu'il y aura des déséquilibres d'ordre intellectuel, économique et financier entre l'homme et la femme, l'inégalité de genre ne sera jamais éradiquée dans le monde, avec le risque de voir le féminisme devenir une utopie. Examinons l'impact des moyens cités ci-dessus sur le féminisme.

1) Le rôle des moyens intellectuels sur le féminisme

 Les moyens intellectuels concernent l'éducation. Une femme éduquée, c'est avant tout une femme qui connaît ses droits et peut les défendre. Une femme éduquée, c'est une femme qui peut discuter d'égal à égal, et sans complexe, avec un homme. La femme éduquée sera d'autant plus respectée par l'homme qu'elle sait lui apporter la contradiction, quand il le faut.

 A défaut d'éducation, la femme est lésée devant l'homme qui devient de facto son guide dans tous les domaines. C'est le cas dans plusieurs pays du monde, où, les #Femmes étant majoritairement analphabètes, où des gouvernements dominés par les hommes font la pluie et le beau temps sans qu'ils ne soient contredits, alors que dans bien des cas, la plupart des politiques publiques qu'ils entreprennent ne promeuvent ni les droits des femmes, ni même ceux de la jeunesse. Sans éducation donc, il n'y a pas d'égalité entre l'homme et la femme, et le féminisme devient un vœu pieux.

2) L'impact des moyens économiques et financiers sur le féminisme

 L'adage dit que l'argent est le nerf de la guerre. La promotion de l'idéologie féministe n'est pas en reste. En effet, ce que vise l'idéologie de l'égalité des genres, c'est avant tout la dignité et la liberté de la femme. Or, sans emploi, sans salaire, sans autonomie résidentielle et sans autonomie financière, peut-on se dire libre ? Voilà la question majeure à nous posée.

 La dignité sous-entend l'indépendance vis-à-vis de l'autre. Et être indépendant de l'autre, c'est s'affranchir de sa tutelle. Par ailleurs, la liberté sous-entend la capacité de pouvoir faire des choix, en toute autonomie. Or, sans moyens économiques et financiers, peut-on se dire indépendant, et donc digne ; et peut-on se permettre d'opérer des choix, autrement dit, peut-on se dire libre ?

 Lorsqu'on a répondu à toutes ces questions, on a vite compris la situation de millions de femmes dans plusieurs pays, et surtout celles vivants dans des pays pauvres. On imagine également pourquoi le féminisme mord la poussière dans plusieurs nations du monde.

3) Le manque de moyens intellectuels, économiques et financiers limitent l'essor du féminisme

Le féminisme n'est donc pas une idéologie comme les autres car dans certains endroits du monde, elle est un véritable luxe que ne peuvent s'offrir toutes les femmes. Par conséquent, l'essor du féminisme présente des disparités selon les continents et les pays. A ce titre, le féminisme est une idéologie à géométrie variable car il ne se développe pas de la même manière partout dans le monde.

 S'il est plus aisé pour les femmes des pays occidentaux de promouvoir le féminisme par la revendication de leurs droits devant les hommes, en Afrique, le féminisme prend du plomb dans l'aile devant certaines réalités. A titre d'exemple, la jeune fille sans autonomie financière et sans autonomie résidentielle - sur qui pèse la chape de plomb du bannissement de la #Famille - est obligée de subir le mariage forcé.

 Dans le même registre, la mère de famille n'ayant aucune ressource pour survivre au divorce accepte inéluctablement les violences conjugales. La femme à la recherche d'un emploi pour s'assumer et assumer les siens n'a pas d'autre choix que de payer le droit de cuissage de l'employeur, du DRH, et du patron. Pareillement, au travail, et pour préserver son pain et celui des siens, elle est obligée d'accepter le harcèlement moral et sexuel. #Croissance économique