A l’heure actuelle, la liberté sexuelle, l’usage de drogues douces, les signes extérieurs de richesse, le manque de savoir-vivre, la critique systématique de toutes les religions ne sont plus considérés comme des actes transgressifs ou choquants. Bien qu’absolument contre un retour radical à la morale victorienne, je ne suis pas néanmoins profondément heurtée par ce que la société occidentale de 2016 juge actuellement comme tabou. Désormais, il vaut mieux être hypersexuel que profondément romantique, addict à la téléréalité plutôt qu’à la littérature shakespearienne, botoxé, lifté et liposucé que banalement et totalement naturel.

 

En lisant dans la presse et sur les réseaux sociaux ce que certains ne se privaient pas d’énoncer comme vérité absolue, je fus prise d’effroi quand je me suis rendu compte que les états suivants étaient désormais totalement inacceptables et montrés du doigt par la plupart de mes contemporains. Je vous livre ici les pires affirmations auxquelles je fus confrontée, et ce à plusieurs reprises.

 

"T’as pas de seins, t’as un grand nez, un grand front… Qu’est-ce que tu es laide !"

Je préfère être perçue comme laide plutôt que ressembler à toutes ces bimbos écervelées dont l’exhibition du manque de cortex fait systématiquement le buzz dans ce que je nomme la fosse à purin qu’est cette maudite Real TV.

 

"Dis-donc, tu n’aurais pas pris quelques kilos… Tu n’as pas honte de te laisser aller comme ça ?"

Je sais. A l’heure actuelle, pour une femme, quelque soit son âge, faire plus qu’une taille 34, c’est pire qu’être lépreux au XIIIème siècle. Je sors ma crécelle tout de suite, ou j’attends que tu aies fini ta tirade pro-ana ?

 

"La maladie, c’est dans la tête. Je suis sûr que tes trucs, c’est psychologique"

Même les maux psychosomatiques ont des répercussions bien réelles sur la santé physique. Selon toi, est-ce de l’hypocondrie pure et dure que les séquelles des accidents de la route ? Sont-ce imaginaires les handicaps profonds ou les maladies chroniques comme la sclérose en plaque ou la spondylarthrite ankylosante ? Tu veux en plus que je me prosterne devant cet ostracisme totalement erroné ?

 

"Tu ne veux vraiment pas admettre qu’à 35 ans, il faut avoir d’autres priorités?"

Est-ce une priorité que de se marier, avoir des enfants, une belle maison, trois semaines de congés payés par an et une grosse voiture bien clinquante ? N’y a-t-il pas d’autres chemins vers le bonheur ?

 

"J’aime pas les artistes, c’est des gens bizarres"

Peut-être parce que la libre-entreprise est un concept qui fait peur… Ou parce que tout ce qui touche à l’expression artistique te laisse froid. Ou encore parce que vivre de ses prestations artistiques est de nos jours considéré comme un état marginal ?

 

"Moi, on me paierait deux millions, je ne m’habillerais jamais comme toi. Qu’est-ce que tu es ringard !"

Plutôt que d’être à la mode, ne crois-tu pas qu’il est préférable de jouer la carte du classicisme qui a l’avantage d’être intemporel ? N’est-il pas préférable d’être conforme à sa propre authenticité plutôt qu’aux diktats des magazines ?

 

"Croire en Dieu, c’est comme croire au Père Noël. C’est nul !"

D’autres l’ont dit avant toi que "La religion, c’est l’opium du peuple" (Marx). Mais croire en Dieu ne tient pas seulement du dogme ou de la religion. C’est avant tout une Foi, une Espérance. Et vouloir faire de l’athéisme militant la norme à respecter n’est rien d’autre qu’un nouveau type de fanatisme.

 

Ce florilège n’est hélas pas exhaustif. Nous avons la chance de vivre au XXIème siècle, et la plupart des pays d’Europe sont démocratiques… Alors, pourquoi tenter d’imposer cette tyrannie non-officielle sur le modus vivendi à impérativement adopter ?

 

Clichés : homophobie, pornographie, les gays dans la téléréalité française

Les femmes lèvent enfin le tabou des règles #Psychologie #Bien-être #Société