On connaissait tout d’Arnaud Montebourg, avocat à l’éloquence affirmée, séducteur et valeureux guerrier des conquêtes féminines. Il a assumé les fonctions de Ministre de l’économie et, humilité oblige, après avoir quitté ses fonctions, il a repris le chemin de l’école pour apprendre l’économie et les éléments fondamentaux du management. Il faut donc saluer l’humilité de Montebourg et s’interroger sur la manière dont on nomme les Ministres dans notre pays. Il suffit d’être encarté, de représenter un poids important au sein de son parti pour devenir un jour Ministre si le parti est aux affaires.

Une candidature

Montebourg se présente à l’élection présidentielle car il estime qu’il est impossible, comme à des millions de Français, de soutenir François Hollande, actuel Président.

Publicité
Publicité

Il estime que le Président Hollande n’est pas à la hauteur et que le quinquennat n’a été qu’un énorme gâchis, Hollande a échoué sur tous les plans : chômage, démocratie, contrôle des marchés financiers, construction européenne, loi Khomri, déchéance de nationalité. Hollande n’a pas été, selon Montebourg, à la hauteur de la fonction. En revanche il reste assez énigmatique sur son envie ou non de se présenter à la primaire socialiste. Arnaud Montebourg parie sur le fait que Hollande ne se représentera pas et si c’est le cas, il ira à la primaire pour écraser Hamon et les autres prétendants socialistes. Dans l’autre cas, si Hollande se présente à la primaire, il n’ira pas à la primaire socialiste et se présentera directement. Dans tous les cas, Montebourg n’a jamais vraiment travaillé pour le Parti socialiste mais pour lui-même.

Publicité

Opportuniste, il a donc su prendre en marche le mouvement des frondeurs pour se refaire une virginité politique à gauche en reprenant les vieux thèmes mitterrandiens, comme la nationalisation des banques.

Le partisan du Made in France a détaillé ses propositions concernant l’économie, la nationalisation partielle ou temporaire des banques, le service national obligatoire, l’Union européenne, la lutte contre le terrorisme et les réformes institutionnelles qui permettraient de toiletter la 5ème République. Il abandonne le principe du passage de la 5ème à la 6ème République et pour cause il n’était que dans une approche théorique sans assise contextuelle réelle. Montebourg est comme ces feux follets que l’on rencontre dans les cimetières la nuit et qui disparaissent le jour. Quel est son squelette politique ? Quelles sont ses idées politiques pour rassembler la société française ? On n’en voit pas beaucoup et c’est normal pour l’étudiant en économie et en gestion qui a assumé, avant son statut d’étudiant, la fonction de Ministre de l’économie.

Publicité

Montebourg a raison de présenter sa candidature, mais pour incarner quel socialisme ?

Un soutien

Dans un geste de mansuétude hypocrite, Montebourg dit vouloir et pouvoir soutenir Hollande si celui-ci avait agi avec efficacité au pouvoir. On peut se demander pourquoi celui-ci n’a pas démissionné et a attendu longtemps avant d’être mis sur la touche. Montebourg est un assoiffé de pouvoir qui ne pense qu’à lui. C’est normal quand on est étudiant en économie et en gestion de penser à son avenir en faisant la promotion du Made in France, car il est toujours possible de trouver un emploi dans de grandes entreprises comme la dénommée Maison habitat.

La droite a un boulevard devant elle, il faut espérer qu’elle ne s’embourbe pas dans ses contradictions lors de la primaire, ce qui pourrait avoir pour effet de laisser la porte ouverte à la Gauche pour l’élection présidentielle de 2017. La droite LR est prévenue, elle doit gérer avec intelligence la primaire, établir une charte de bonne conduite pour que les battus lors de la primaire se mettent au service du vainqueur. Il faut que la direction LR et la commission de préparation de la primaire produise un document pour que la fenêtre ouverte par Montebourg à Gauche devienne une réalité pour la Droite française. #Primaire de la gauche #Élections #Président de la République