Dans un communiqué de presse en date du 18 Août 2016, SOS Racisme dénonce les lourdes défaillances des différentes couches politiques de la société corse:

  • Le maire du village, pour avoir pris un arrêté anti-burkini.
  • Les partis nationalistes, majoritaires à l’Assemblée de Corse, pour avoir manifesté leur soutien suite à la garde à vue de deux villageois de Sisco impliqués dans la rixe, "en effet, il est peu admissible que des partis aujourd’hui en charge de l’exécutif local et donc représentants des pouvoirs publics épousent une logique de défiance vis-à-vis de l’enquête en cours ou, même, laissent penser que certaines personnes n’auraient par nature aucun compte à rendre à la #Justice et aux forces de l’ordre."
  • Les pouvoirs publics, dans leur globalité, pour avoir été plus "tendres" avec les démonstrations de force anti-maghrébines qui se sont déroulées à Bastia.

 

Une altercation clairement qualifiée par le Tribunal de Bastia

En effet, en dépit des éléments fournis par l’enquête de police, éléments révélés par le procureur de la République, montrant que les habitants de Sisco étaient en état de légitime défense, SOS racisme veut à tout prix voir du côté corse du racisme. Deux ou trois familles franco-marocaines établissent un Caïdat sur la plage de Sisco et considèrent ainsi que cette plage est à eux; leurs hommes présents frappent touristes et Corses de tous âges. Crime raciste parmi les crimes racistes, selon SOS-Racisme et autres médias, les Corses rompent avec les « valeurs républicaines » ! et osent se défendre. Et si ils avaient fuit...et laissé les touristes seuls, SOS Racisme aurait-il taxé d'anti-français les Corses et poursuivi ces mêmes pouvoirs publics pour non assistance à personnes en danger ? Dés lors, les membres du Caïdats deviennent, par définition, des victimes ; tandis que les Corses - par définition - sont des coupables, parce que le Corse est intrinsèquement racistes. La police et la justice actent les faits qui valident les déclarations des uns et des autres mais  via des organes de presse et de télévision, il convient de soutenir l’action initiée devant la justice par SOS Racisme.

 

Les Corses racistes ?

Rappeler le passé reste, parfois, un bon moyen de recadrer les esprits, il est bon de savoir que ces "racistes" de Corses, ont fait au moins deux choses décisives et pas si courantes à une époque ou terreur, délation, compromission régnaient :

  • ils ont collectivement protégé les Juifs vivant en Corse. Ils ont ainsi empêché l’exécution des lois de Vichy contre les Juifs.
  • ils ont mis en place des maquis si bien organisés et actifs qu’ils ont fait que les Corses se sont effectivement libérés par eux-mêmes des forces armées nazies avant le débarquement des troupes alliées.

 

Que cherche SOS Racisme à SISCO,

car selon les valeurs de l'association, "l’antiracisme n’a jamais été pour nous la volonté de défendre telle population contre telle autre, de voir se constituer sur des bases ethniques ou religieuses des « syndicats » de défense de telle ou telle communauté. L’antiracisme, pour nous, a toujours été la volonté de voir chacun vivre à égale dignité dans la société, quelles que soient ses origines, sa confession ou ses pratiques culturelles". Le communiqué de SOS Racisme ne semble pas en phase avec les événements et les éléments de l'enquête, défendre l'égalité quelque soient les origines est une cause noble, attention à ne pas la ternir ! #Immigration #Société