Jadis, les anciens ont cru sans avoir vu. Et les enfants les ont suivis sans broncher. Il n'en est pas ainsi de nos jours où, les enfants posent beaucoup de questions intelligentes, et attendent des réponses pertinentes. En effet, avec la liste des victimes du terrorisme qui ne cesse de s'allonger, la confusion règne dans le rangs de tous les croyants : croyants d'hier, croyants d'aujourd'hui, croyants de demain, tous les croyants s'interrogent… Le doute a donc pris la place de la foi. Cette foi neutre, angélique et sublime qui porte tout croyant sur les hauteurs de l'espérance, renforçant en lui, les capacités de résistance devant les menaces à son bien-être, à sa santé, à son épanouissement et à sa sécurité.

 

Dieu, cette énigme

Avouons-le : la question de Dieu était déjà compliquée. Mais, davantage compliquée devient-elle devant l'irresponsabilité de ce nouveau type de croyants qui arrivent à tuer la foi en Dieu, même là où elle n'a jamais existé. En effet, avec tous ces attentats de prétendus croyants en un Dieu UN, avec toutes ces violences et leurs signes apocalyptiques, peut-on encore parler du Dieu bon, qui aime les humains. L'annonce de la bonne nouvelle d'un Dieu bon, créateur, et père des humains qu'il aime, n'est-elle pas à jamais compromise avec ces croyants fanatiques qui n'hésitent pas à supprimer des vies innocentes ?

 

Qu'ont fait de mal les mélomanes et un prêtre pour être assassinés ?

Sans rien exagérer, Dieu irait-il jusqu'à s'en prendre à des jeunes gens assis dans une salle de concert, en train d'écouter des chants mélodieux ? Ce Dieu UN, juste et fidèle, irait-il sur des terrasses de cafés et dans des restaurants pour interrompre la joie de parents, frères, sœurs, amis et connaissances qui ne demandaient qu'une chose : profiter du début d'un week-end pour se détendre ? Dieu se rendrait-il dans des hôtels, sur des plages pour interrompre la joie de vivre de personnes échappées momentanément du brouhaha d'un monde agité ? Ce Dieu qui aime ses envoyés, irait-il jusqu'à égorger son serviteur en plein exercice de sa mission d'enseignement de la délivrance aux cœurs captifs des épreuves de ce monde ? Et finalement, ce Dieu père qui protège ses créatures et sa création prendrait-il plaisir à verser le sang de ses enfants qui vivaient leurs loisirs, comme si ces derniers étaient sur un champ de guerre ?

 

Qui donc est ce Dieu  invoqué par ces fanatiques qui sèment mort et désolation partout où ils passent ? Un ogre ? Un buveur de sang ? Dieu serait-il intolérant comme le montrent ces auteurs d'actes de barbaries intolérables, qui agiraient, d'après eux, en son nom ? Fort heureusement, ces extrémistes ne sont pas les enfants de Dieu et ils n'agissent pas au nom de Dieu. Ceux qui tuent leurs prochains au nom de Dieu ne connaissent pas Dieu. En outre, le Dieu qu'ils confessent n'est pas le Dieu UN révélé aux prophètes. Et puis, le véritable Dieu des prophètes n'est pas celui qu'ils adorent. Par ailleurs, le Dieu UN des prophètes est trop grand pour envoyer en mission des gens d'une telle petitesse. Enfin, le Dieu des prophètes et des saints est lui aussi, un Dieu saint. Par conséquent, il ne peut pas cautionner le péché.

 

Ils ne sont pas à l'image du Dieu Un et Saint, ils sont à l'image de leur démiurge

De même que l'on reconnaît un arbre à ses fruits, on reconnaît le Maître par ses serviteurs. Ces fanatiques ne sont donc pas les serviteurs du Dieu UN et ils ne peuvent pas revendiquer le statut d'enfants de Dieu. En effet, créateur des cieux et la terre, le Dieu UN est un Dieu bon et miséricordieux, il n'approuve pas celui qui se recommande comme venant de lui, mais bien celui que lui-même recommande. Le Dieu UN, c'est lui qui élève les humbles, et fait grâce à ceux qui l'invoquent avec sincérité. Cela veut dire qu'il n'y a pas de confusion à faire car les fanatiques, tels les fruits qu'ils produisent sont : la haine, la violence et la mort. D'où, ils ne servent point Dieu. #Jihad #Daesh #Réflexion métaphysique