"Chasser le naturel, il revient au galop". Cette expression est de Destouches, célèbre dramaturge français du XVIIIème siècle, qui, dans sa pièce "Le Glorieux" (1732) la fait dire à l'un de ces personnages. Cette phrase signifie bien qu'on ne peut pas dissimuler sa véritable nature car elle revient toujours à la surface. Et cette véritable nature vient de s'exprimer chez le #Parti Socialiste Français qui, une fois de plus dans un élan françafricain, vient de s'immiscer dans les affaires intérieures du #gabon à travers un communiqué relatif à l'élection présidentielle de samedi dernier. "Alors que les premières estimations indiquent que le Président sortant Ali Bongo serait battu au profit de Jean Ping..." affirme le parti socialiste français dans un communiqué publié dimanche dernier. Le parti politique d'une grande nation comme la France, toujours dans le même communiqué appelle à "l'alternance démocratique" au Gabon, avant même les résultats du scrutin.

 

Ce même communiqué appelle également à "éloigner la famille Bongo du pouvoir". Ce que le PS ne sait sans doute pas, c'est que le principal rival d'Ali Bongo, le candidat Jean Ping, ancien baron du régime, fait  lui-même partie de cette famille car étant le géniteur des enfants de la sœur aînée d'Ali Bongo. Quand on lit bien entre les lignes ce communiqué du PS, on comprend aisément que cette force politique vient de prendre position pour l'un des deux principaux candidats. De la matière pour aiguiser les plumes des non partisans de la françafrique.

 

Attendre les résultats de la CENAP avant toute supputation

La CENAP, entendu commission électorale nationale autonome et permanente, publiera les résultats ce mardi 30 Août 2016 à 17 heures. Donc , il faudra attendre ces résultats avant de les contester, s'il le faut, pour le camp qui n'aura pas réussi ce test démocratique. A l'heure actuelle au Gabon, à la veille de la publication des résultats de ce scrutin présidentiel, il vaut mieux désamorcer la tension actuelle entre les différents candidats dits favoris. Il n'est pas plausible d’instaurer des pressions et ingérences extérieures qui risqueraient d'embraser la situation sociopolitique de ce pays de l'Afrique centrale, peuplé d’à peine 2 millions d’habitants, mais qui recèle de richesses, essentiellement du pétrole. Il serait mieux indiqué de connaître d’abord la vérité des urnes de prime abord puis, identifier celui qui a honnêtement gagné les élections. Seul le peuple est souverain. #Élections