Créés en 1984 par Bernard-Henri Levy, les mots d'ordre de l'association sont ou étaient fraternité et  multiculturalisme. Dominique Sopo a étalé sur la toile des valeurs inquiétantes pour un mouvement dit humanitaire. 

En se réjouissant de la mort accidentelle du maire de Guarguale, M. SOPO, Président de l'association, a fait preuve de médiocrité. Les dernières prises de position de l'association ont régulièrement été critiquées. Eric Zemmour, dans l'émission "On est pas couché", a qualifié SOS Racisme de mouvement « néfaste » conduisant une action aggravant le racisme "...c'est à cause de vous que vingt ans plus tard les uns tapent sur les autres parce qu'ils ne se sentent pas français...". Quant au sociologue Jean Baudrillard, il a comparé SOS Racisme à SOS Baleines : "Toute société doit se désigner un ennemi, mais elle ne doit pas vouloir l’exterminer".

Quelle est la cible de SOS Racisme ?

Soit M. SOPO s'est exprimé en son nom propre, soit il s'est exprimé en tant que Président de SOS Racisme. Si les deux suppositions ne sont pas heureuses, la seconde engage également l'Etat.

Rappelons que le fonctionnement de SOS Racisme reste possible du fait de subventions publiques à hauteur de 64%, soit environ 579 000 euros tirés de la poche des contribuables, et que seuls 18 669 euros représentent 10 000 adhérents (2,06%).  

M. SOPO a-t-il respecté la déontologie de l'association ? Son attitude a-t-elle respecté la neutralité du discours ? Si M. SOPO développe une haine particulière envers le peuple #Corse et qu'il la formalise de par sa fonction, il doit s'en expliquer. La réaction des Corses ne s'est pas fait attendre.  

Une pétition en ligne...

Depuis le 31 août une pétition adressée au gouvernement tourne sur les réseaux sociaux demandant la  destitution de Dominique Sopo, Président de SOS Racisme. Elle a réuni à ce jour 1 800 signatures.

Initiée par une jeune Crse, elle fait référence au caractère "insultant, méprisant, et obscène" du message posté sur Twitter, sachant que celui-ci ne pouvait passer inaperçu. Elle évoque le manque de respect suite à l'accident tragique d'un homme, ignorant  le deuil de la famille. Mais référence, également, aux nombreuses affaires judiciaires et polémiques concernant Monsieur Dominique Sopo depuis de nombreuses années, au sein de SOS Racisme.

En Tweetant, M. Sopo a sans doute voulu rallumer la flamme de SOS Racisme et gagner quelques adhésions sur le dos des Corses, une chose est sûre, il a parfaitement mis en application son discours "la parole raciste se libère dans le contexte des attentats".