Olivier Berruyer (patronyme bien de chez nous, pas comme celui du commissaire San Antonio…) vient de lancer une pétition via l’organisation Change (de maintes devises républicaines ou autres). Ce pour obtenir qu’Éric Zemmour et son directeur de publication de RTL – pourquoi ce seul Ch. Baldelli ? – soient poursuivis et qu’il soit « dit si de tels [listés supra] propos tombent ou non sous le coup de la loi ».

Arabophobes appels à la haine ?

Inutile de rappeler la plupart de ces propos arabophobes – et ne se limitant pas à ce groupe ethnologique – d’un Zemmour censé, par Berruyer, appeler « à la haine », si j’ai bien compris. Mais deux-trois ont failli me faire signer. J’étais sobre, j’ai renoncé. Je ne signe pas car neveu d’un Théophile, mais père d’un Keveren et grand-père d’un Meriadec sanctifiés pour d’obscures raisons par Rome, je n’estime pas qu’un prénom français est un prénom chrétien. Aussi islamophobe qu’un Zemmour (mais nullement haineux), car religiophobe (de modéré à très fort et ouragan), je ne suis pas de ceux qui estiment que les ennemis de mes ennemis sont fréquentables. Je suis le grand-père d’une petite Mélinée, ce qui la caractérise autant que « Zemmour » (mais plus vers l’Orient), et je ne vois pas pourquoi ses parents auraient dû l’appeler Marie-France. Par ailleurs, ce n’est pas très chrétien ou civique, il m’arrive de mépriser des faibles d’esprits sanguinaires, ras-du-front islamistes radicalisés, presque davantage que le plus pacifique Zemmour. Je respecte aussi, tel un vulgaire Sarkozy, ces allogènes morts pour la France (ou la démocratie, ou le communisme libertaire, faible oxymore). Mon respect ne se fonde pas sur l’absence ou non de circoncision.

Aucune confraternité

Ce n’est pas grégarisme ni confraternité que je m’abstiens. Un ex-journaliste devenu éditorialiste obsessionnel reste peut-être un journaliste en ce qu’il relate des ragots de dîners en ville et détient une carte de presse : « admettons ». Mais non seulement la prolifération des pétitions m’agace, mais les poursuites au titre de la loi de 1881 (et suivantes) sur la presse m’horripilent le plus souvent. D’accord pour appuyer feu Siné, contre ce faiseur de BHL, mais tempérons les ardeurs pipeulisantes. Je ne sais si les Sinet poursuivront, peut-être vaudrait-il mieux s’abstenir.

Zemmour reste dans les clous

Moralement, vénalement, allais-je écrire, Zemmour reste dans les clous. Par ailleurs, je partage les réticences d’un Noam Chomsky sur la loi Gayssot (qui visait les négationnistes, qui sert à n’importe quoi). Zabou Breitman-Blanche neige voyait des nains partout, j’entrevois Sarkzoy et Zemmour, je ne vois pas de la haine partout. En tout cas pas au sens de mon interprétation des lois sur la libre expression. Certes, c’est limite-limite, bordeline (au sens psy aussi ?), mais j’admets qu’un « musulman modéré » reste musulman (et fait la distinction en fiqh, charia, lois de la République). Zemmour, croisé tel un canin et moi-même et l’immense majorité des Français, comme des Berbères d’ailleurs, n’est pas antisémite d’expression (sa haine de soi, si réelle, est fort bien dominée). Je veux bien admettre qu’un Debbouze, qu’une Dati, soient moins français que moi (l’ascendance gallo oblige), surtout pour la seconde (ce qui se discute en termes de débat politique, pas en fonction d’origines). Tout comme est discutable que les Droits de l’Homme sont ou non l’arme atomique pour les Nord-Coréens ou les Européens pour des raisons inverses. Par respect du droit positif, je me dois de défendre Zemmour et ses propos (côté droit naturel, mon naturel revient au galop).

Ne lui faisons pas cette pub

N’accordons pas la pub d’un procès à un Zemmour. Ce saltimbanque, Gnafron radiophonique, publiciste, Premier Paris de Balzac, mérite davantage l’oubli. Pour en causer, il y a des Causeur pour cela, comme on disait de maisons plus tolérantes et respectables… On voit désormais des Zemmour, et de prétendus laïcs, sucer du cureton intégriste, il y a mieux à lécher. #Laïcité #Éric Zemmour #Islamophobie