Ce 7 octobre 2016, c'est la #journée mondiale du sourire. Comme je suis humoriste, d'aucuns s'attendraient à ce que je le prenne comme une bonne nouvelle. Eh non, raté. Comme je suis d'un naturel très souriant, on supposerait que c'est ma fête aujourd'hui. En tout cas, personne ne me l'a souhaitée. Comme j'ai un sourire à tomber par terre, on pourrait penser que j'en profiterais pour faire ma belle. Pas plus que d'habitude. Aujourd'hui, plus que d'habitude, je fais le choix de m'insurger contre une (puisqu'il faut en choisir une) dictature qu'on inflige aux personnes de mon genre et qui est loin d'être anodine : la #dictature du sourire. "Allez, souris, fais pas cette tête !" : qui ne s'est pas entendu dire une telle phrase ? Et qui a pensé un jour que cette phrase ferait sourire ? On sait pourtant que la meilleure façon de faire sourire quelqu'un, c'est de se rétamer par terre (la gravité est réputée pour être l'une des plus grandes humoristes que la Terre ait jamais connues). Ce qui est énervant, c'est que cette injonction à sourire s'adresse particulièrement aux femmes. Au Japon, il y a même un mot pour ce léger sourire qu'une femme se doit de toujours afficher : "ochobo". Ocho-sexiste, nous disons ! "Mademoiselle, un p'tit sourire !" : classique du harcèlement de rue, l'injonction à sourire agace surtout les principales concernées. En 2012, Tatyana Fazlalizadeh a lancé à travers les États-Unis une campagne d'affichage de lutte contre le harcèlement de rue. Sur ses diverses affiches, on pouvait lire "Arrêtez de dire aux femmes de sourire", "Les femmes ne sont pas dehors pour vous divertir", ou encore "Les femmes ne vous doivent pas leur temps ni leur conversation". 

Un médicament pour faire sourire les femmes

En attendant que le message passe (on est pas à deux millénaires près), la scénariste de sketches Jen McCartney a imaginé  un médicament appelé Smyle for Women, qui aiderait les femmes à sourire sur commande :   

Un tweet pour faire sourire les Parisiens

Aujourd'hui, à Paris, on a dû expliquer aux gens ce que c'était qu'un sourire. Eux seuls détiennent l'antidote contre la bonne humeur

#féminisme