La verte campagne, cette verte campagne que nous jalousent tant de pays, doit désormais compter sur son clone : la campagne... électorale pour la Présidentielle de 2017. Au niveau national, elle dure désormais cinq ans, elle ne s'arrête plus, elle cohabite avec les Français matin et soir, jour après jour. Cette année, la France a inventé la campagne sans candidat. Les sondages se succèdent, se contredisent. Qu'importe. La population est invitée à "voter" pour Sarkozy, Hollande, Le Pen alors que seule la fille de son père sera, à coup sûr, sur la ligne de départ. 

Des candidats à la Présidentielle sur plusieurs fronts

A droite ce pourrait être aussi le "vieux" Alain Juppé ou le jeune Bruno le Maire, un nom prédestiné pour la politique. A gauche, du moins à gauche moins le quart, Macron est en embuscade. Aucune télé n'a eu l'idée d'en faire une série, le feuilleton eut pourtant été bon. Avec les rebondissements, comme ces révélations trouvées dans un Buisson. Une élection peut en cacher d'autres ! Les législatives ont également débutées. Avec tous ses petits arrangements. Villeurbanne promise à Najat, une circonscription dans les Landes pour son mari. Et l'Assemblée nationale pour s'y retrouver... Mais bon la Présidentielle 2017 vampirise le débat.

Des primaires pour désigner... ou écarter !

Les Français n'en peuvent plus de ces magouilles et choisissent la plus mauvaise des choses pour le montrer, en refusant de voter. Elle est bien loin la Révolution, il est bien loin ce mois de Mai 68, les politiques sont arrivés à nous mettre un genou à terre. Plus la force de montrer les fourches, tout juste brandir quelques caractères sur Facebook, histoire de faire la "guerre" sans victimes, de tout remettre en cause en espérant que tout continuera pareil. Après tout c'est pas plus mal qu'ailleurs ! Après tout nous mériterions donc ces... #Primaires ! Ce serait donc comme un pensum, une punition. Reprendre une cuillerée de Sarkozy comme on oblige l'enfant à reprendre des légumes. Pire, une fourchette de Hollande alors que l'on en a encore plein la bouche. Reste t-il encore un peu de temps à nos politiques pour penser aux Français ? Pas sûr. Eux seront toujours les "cocus" de la République. Pas besoin de primaires pour en décider, c'est une certitude au quotidien. #Élections