#aldous huxley, quel visionnaire :

« La #dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »

En effet, vous aimez votre smartphone, votre PC, vos loisirs. Je ne suis pas en reste. La dictature parfaite, c'est la société de l'entertainement qui bouffe l'esprit, afin de ne pas se soulever. On apprend à l'école, à devenir de parfaits soldats du monde du travail, à ne plus réfléchir. Me direz-vous complotiste ? Mais voyons, qui n'a jamais fait  un stage de découverte en troisième pour se familiariser avec l'esclavage moderne ? Qui n'a jamais hésité à faire un contrat en alternance ? Nos budgets de consommation sont maîtrisés afin de pouvoir consommer juste ce qu'il faut, dans des supermarchés dépensant des millions dans le marketing pour vous ruiner encore plus.

Ne parlons même pas de la société de consommation, qui nous assujettit à devenir des produits, à devenir une étude marketing, une vitrine de ce qui se fait en matière de mode. La société de consommation est le nouvel opium du peuple. Ne croyez pas que je suis en marge de la société. Je suis rentrée dans le moule, comme vous. 

Médias cloisonnés, démocraties oligarchiques

Que dire lorsque l'on sait que les médias touchent des subventions de l'Etat dès que leur numéro se vend ? En moyenne un média traditionnel touche entre 30 et 60 centimes par numéro imprimé !

Que dire lorsque l'on se rend compte que les principaux dirigeants font partie d'une caste qui ne connaît même pas le prix d'un ticket de métro, d'un pain au chocolat ou qu'ils sont majoritairement énarques ou sciences-politiciens. Que dire lorsque l'on sait que le bipartisme sévit depuis des années ? Et que Rachid Nekkaz se fait bloquer ses signatures lorsqu'il souhaite se présenter.

Que dire lorsque l'on sait que les syndicats, fief de la soit-disante dissidence, sont sous le joug de l'Etat ? Que celui-ci infiltre les syndicats afin d'avoir la main-mise sur eux ?

Biométrie, cartes de crédits, lois liberticides

Récemment, c'est la loi qui est passée tout en douceur qui devrait alerter. En un week-end de Toussaint, la loi sur les passeports et cartes d'identité devrait révolter. De même pour la #loi sur le renseignement qui est une privation de libertés individuelles, tout comme l'Etat d'Urgence, une énorme privation des droits. Et puis, grâce à nos smartphones, cartes de crédit : la police et le gouvernement peuvent nous localiser à tous moments. Que dire lorsque le CRS, sous prétexte d'un mouvement étudiant se permet violences et bavures ? Que dire lorsque les groupes de rap se font censurer lorsqu'ils osent s'attaquer à la France ? (Sniper) Que dire lorsque les gouvernements pillent nos ressources naturelles, nos réserves ? Que dire lorsque la dissidence n'est que des idéalistes et utopistes qui ne feront rien bouger ?