L’un des slogans du candidat du 'Pfttt (Parti faire un tour… électoral)', qui s’est présenté aux municipales dans le 10e arrondissement parisien, était de se déclarer ‘’le vrai Delanoë’’. Gaspard Delanoë laisse à présent croire qu’il se présentera aux présidentielles et pose devant des mairies de villages en assurant qu’il aurait déjà recueilli près de 90 promesses de parrainage. Ce candidat à l’humour potache, vaguement proche des courants écologistes, laisse la #Fachosphère indifférente : il pèse trop peu. Mais au fur et à mesure que les sondages donneront Emmanuel Macron en passe de grimper vraiment dans les intentions de vote, il sera sans doute orchestré une campagne pour le faire passer pour un 'dhimmi', candidat favori des islamistes et djihadistes.

Publicité
Publicité

Ce fut le traitement réservé à Alain Juppé, surnommé 'Ali Juppé', et #François Fillon était plus ou moins épargné par la fachosphère.

Fillon aussi pris pour cible

Ce n’est plus le cas et le voici désigné 'Farid Fillon', caricaturé en lèche-babouches, affublé d’une longue barbe sur des photomontages. Le 'salafillonisme' guette les patriotes et les élus municipaux, membres de l’équipe Fillon, ‘’qui collaborent avec les mosquées’’, sont recensés. Haro sur Jérôme Chartier ou David Lisnard, qui ne donnent pas assez de gages patriotiques. Robert Ménard, qui s’exclamait que ‘’Fillon, c’est la victoire de nos idées’’, fait à présent marche arrière. ‘’Avant, la droite attendait au moins d’être au pouvoir pour trahir’’, commente-t-il à propos de François Fillon sur sa page Facebook.

Publicité

Sur son compte Twitter, il relaie les déclaration de Marion Le Pen sur Fillon et Benoist Apparu (ex-juppéiste) qui a rejoint son équipe de campagne. Boulevard Voltaire, le site dirigé par l’épouse du maire de Béziers, reprend les arguments de la fachosphère : ‘’Face à la menace de prolifération du sobriquet ‘Farid’, le staff de l’outragé compte riposter en adjoignant à son site une page anti-intox’’. Supputation gratuite (il s'agit du hashtag #StopIntox), mais du moment que cela peut sembler vraisemblable… Pour Boulevard Voltaire, c’est plutôt ‘’François Filons à la mosquée’’. Effectivement, comme #Vladimir Poutine inaugura (sans que les sites xéno-islamophobes qui le vénèrent le remémorent trop fort) la grande mosquée de Moscou, François Fillon coupa le ruban de celle d’Argenteuil en juin 2010. Scandale total. Sur Twitter, cela donne des ‘’c’est l’alliance des deux mollahs #FaridFillon et #AliJuppé pour faire la grande #oumma des ripoublicains’’. La plus grande mosquée d’Europe est bien celle de Moscou et non celle d’Argenteuil, mais les ‘’réinformateurs’’ n’en sont pas à une approximation près.

Publicité

'Farid Fillon' tartuffe

L’avocat et député Gilbert Collard préfère employer #LeVraiFillon, qui serait un tartuffe. Le sénateur marseillais Stéphane Ravier se retient : ‘’Fillon candidat de la droite ou des minarets’’. Mais dans le Web profond, le 'Dark Web', sur les forums identitaires, les infos inventées sont concoctées, relayées, et les caricatures substituent Fillon à Hollande ou Juppé. Les mêmes procédés sont réutilisés, avec des citations tronquées ou inventées, des montages, et on brode sur le ‘’cathopportunisme’’ de Farid Fillon, sa duplicité, son double langage. Pour ces mouvances, la droite n’est jamais assez droitière et il faut ‘’déclarer la guerre aux islamo-collabos’’. En fait, avant même qu’Alain Juppé soit défait lors de la primaire de la droite, les argumentaires contre François Fillon étaient déjà prêts. Il a juste fallu attendre que les cathos-tradis qui se réjouissaient puissent digérer les atermoiements de Jean-Frédéric Poisson (de 'Sens commun') et de Philippe de Villiers pour sonner la charge. Elle marquerait peut-être une pause si François Fillon était reçu par Donald Trump ou Vladimir Poutine, les deux super-héros de nos fervents et vibrionnants ‘’patriotes’’ anti-'ripoublicains'.