Mes chers ami(e)s, vous savez, en ce moment j'ai la vie dure. En fait si je réfléchis vraiment, depuis des années : je souffre. A tel point que je ne me rappelle plus à quelle époque de ma vie j'étais en paix. Je suis une vieille dame et je suis malmenée.

Je suis la liberté

Si je cherche au fond de ma mémoire, je tombe pèle mèle sur des hommes politiques aux intentions douteuses voire carrément meurtrières, des idéologies soit disant bonnes pour l'humanité, le pays, le village et le citoyen lambda. Pas moyen de me rappeler une année de bonheur, un mois de répit, ni même après-midi de sieste. Et ça dans tous les pays du monde. Je suis un concept qui s'exporte bien.

Publicité
Publicité

J'ai été célèbre en Europe à une époque, Puis j'ai été exportée dans les pays de l'Est. Aujourd'hui je me promène dans les pays du golfe comme on dit. Pas de golf dans le Golfe. Pardonnez -moi ce mauvais jeu de mots, mais j'ai du vague à l'âme. Et personne pour me consoler. On me choisit comme étendard pour faire la guerre. C'est en mon nom que l'on se bat. Pour moi et moi seule. Me conquérir. C'est sûr qu'il faut aimer les paradoxes et être armée pour les affronter tous les jours.

Des hommes prennent les armes, tuent, pillent, massacrent, et pire encore, au nom de la liberté

Si on leur demandait pourquoi, la plupart serait capable d'affirmer haut et fort que c'est bien sûr pour me défendre. Mais je ne veux pas qu'on me défende en tuant, moi. Faites l'amour pas la guerre ! La liberté syrienne est en ce moment mise en doute.

Publicité

Entre bonnes intentions d'un côté et real politique de l'autre, que choisir ? Le peuple peut être ? Les syriens sous les bombes au nom de la liberté

Allez, j'ose une idée. Après tout, je suis la première concernée... par moi, et donc la mieux placée pour avoir une opinion quand l'opinion publique n'en a plus ? Et si les femmes donnaient leur avis ? Prenaient non pas les armes mais leur porte voix et faisaient entendre la leur ? Renaud avait déjà tout compris, et l'avait dit dans Miss Maggie.

Je suis d'expression, de parole, d'association, d'entreprendre, de conscience, de pensée, de culte. Mais aujourd'hui je suis plus que jamais en danger. Faites un effort, et dites-moi quand, pour la dernière fois, vous m'avez vue. SI, si, regardez bien. Je suis dans les détails. Alors commencez par là : cultiver cette liberté quotidienne. Le reste suivra bien, un jour. #liberté #Syrie #Bachar Al-Assad