Ah pôle emploi ! Qui n’a jamais pété un câble à cause des conseillers souvent blasés et disons-le, incompétents, la fameuse musique qui dure une vingtaine de minutes environ pour se faire raccrocher au nez comme ça sans raison. On ne va pas se mentir, on a tous donné une autre appellation à #pôle emploi, pas besoin d’exemples on s’est compris. Un numéro à quatre chiffres à appeler, on vous met en attente, vous disant que l’on va vous passer un conseiller, la musique à nouveau pendant, disons, 12 minutes et enfin on se fait raccrocher au nez une fois sur deux. Comme c'est gentil ! Et les conseillers ? Vous le contactez pour un entretien mais non, pas possible, il est « surchargé », du coup il vous dit qu’il ne va pas pouvoir vous recevoir, sans donner davantage de précisions.

Publicité
Publicité

Ah quel professionnalisme ! Censés vous aider dans vos démarches, ces conseillers qui visiblement se fichent de leur métier et de vous par la même occasion, répondent souvent à certaines questions sur un ton passif agressif du genre « écoutez je n’ai pas été formé pour ça moi, Chantal viens, j’ai un souci avec la jeune femme !». Bref ils vous pourrissent souvent la vie, découragent, énervent et vous poussent à compter uniquement sur vous-même pour faire une tonne de recherches afin de remédier à votre problème.

Pôle emploi, pouvez-vous au moins faire le minimum ?

Déjà commencez par remédier à la plateforme téléphonique qui nous fait attendre indéfiniment avec une musique cauchemardesque qui donne envie de casser les murs pour au final se faire raccrocher au nez. Et embauchez de véritables conseillers ! Des conseillers compétents, qui connaissent bien leur travail, respectueux, qui s’intéressent vraiment à la situation des demandeurs et les aident dans leurs recherches car dans le fond, c’est bien le but de pôle emploi à la base non ? Parce que là, on a souvent affaire à des « Catherine et Liliane », sauf que ce n'est pas drôle.

Publicité

Quand on voit le nombre considérable de personnes racontant les problèmes qu’ils ont rencontré avec pôle emploi, il est vraiment temps de passer la seconde vitesse, voire la troisième pour 2017. #Chômage #Crise économique