C’est une nébuleuse, répartie entre plusieurs groupes Facebook, des comptes Twitter, et quelques sites comme celui des ‘’Fidèles sarkozystes’’. Certains, ayant renvoyé ou déchiré leur carte LR, ou, comme des élus locaux, annoncé officiellement qu’ils quittaient le parti présumé ‘’rassemblé’’ derrière #François Fillon, cherchent à se regrouper. Ou caressent l’espoir, qui ressemble à un acte de foi, de convaincre leur héros de se présenter en candidat indépendant. Une pétition en ce sens (bientôt 4 000 signataires) a même été lancée… Selon Le Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy aurait obtenu de François Fillon que trois de ses proches soient préservés, mais cela n’a absolument pas résorbé la grogne, voire la détestation du candidat investi par LR, dans les rangs dispersés des adhérents et sympathisants sarkozystes.

Publicité
Publicité

Certains caressent encore l’espoir de pouvoir voter pour #Henri Guaino, qui reste dans l’attente d’une décision quant à sa circonscription. Mais, est-ce un signe, un groupe Facebook qui se proclamait pour Henri Guaino, vient de changer sa dénomination, conservant Merci NS et ‘’Sans parti fixe’’, et supprimant la mention ‘’Guaino 2017’’. Ce qui ne veut absolument pas signifier un désaveu : les membres du groupe continuent d’exprimer leurs appréciations du candidat qui, avec (et de fait contre) Michèle Alliot-Marie (ou Rama Yade, transfuge de l’UMP) espère toujours recueillir les signatures nécessaires pour se présenter au suffrage universel. Il reste moins de deux mois pour recueillir des promesses de parrainage. Nicolas Dupont-Aignan lui a fait un nouvel appel du pied, mais y répondre fâcherait les sarkozystes… et Henri Guaino reste coi.

Publicité

Nathalie Kociusco-Morizet détestée

La plupart de ces groupes (ou plutôt ‘’groupuscules’’, mais l’appellation reste l’apanage des micro-formations d’extrême ou d’ultra-gauche dotés d’une idéologie structurée) n’ont pas forcément la même approche de tous les sujets. La même ferveur envers #Nicolas Sarkozy, c’est l’évidence, et donc une défiance identique à l’encontre de ‘’l’usurpateur Fillon’’. Que ce dernier ait cédé sa circonscription à Nathalie Kociusco-Morizet, au détriment de Rachida Dati (qui promet ‘’la guerre’’ aux fillonistes et se targue de disposer ‘’de munitions’’) n’a fait qu’envenimer les choses. Non pas car Rachida Dadi, fidèle à Nicolas Sarkozy, mais estimée peu fiable serait vraiment adulée, mais en raison de la personnalité et des propos de NKM contre Nicolas Sarkozy au cours de la primaire. Les principaux élus ou cadres sarkozystes ne s’affichent pas dans ces groupes ou forums, mais y disposent de relais.

Et la présidentielle ?

Ces sarkozystes le sont au point d’approuver que leur ‘’candidat’’ puisse voter contre Marine Le Pen si François Fillon ne parvenait pas au second tour des présidentielles.

Publicité

Un vote FN est donc exclu même si, dans l’isoloir, un vote blanc ou rendu nul (en rayant le nom de Fillon), pourrait avantager la candidate frontiste. Sur Facebook, nationaux ou locaux (ainsi celui de Levallois), on compte encore plus de groupes toujours actifs de soutien à Nicolas Sarkozy que d’hostiles (c’est tout dire…). Le résultat des primaires n’a toujours pas été digéré alors que, de quasi-évidence, selon toutes les études, F. Fillon n’a que très peu bénéficié de voix de gauche ou du Front national (en dépit de consignes de divers groupes liés organiquement ou non au FN, les mêmes utilisant à présent le sobriquet ‘’Farid Fillon’’). À la rancœur s’ajoute le style du candidat, estimé vraiment trop peu incisif ; chefaillon, certes, à leurs yeux, mais pas assez chef pourtant. Pour le moment, la tentation du vote Macron semble inexistante (et un début de ralliement à une éventuelle candidature de François Bayrou impensable). Mais comme le dit le sarkozyste Christian Jacob, ‘’la messe est dite, et on y va !’’ (à propos du non-cumul des mandats… entre autres). Pour l’instant, le seul mot d’ordre des orphelins de NS, c’est de lui souhaiter massivement son anniversaire (le 28 prochain).